Maisons fissurées : "On ne s'attendait pas à un tel chiffre", déclare un syndicat d'artisans

La sécheresse de 2022 va avoir des conséquences élevées sur les bâtiments, révèle lundi France Inter, avec un coût record compris "entre 1,9 et 2,8 milliards d'euros".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
C'est pendant l'automne que les fissures causées par la chaleur apparaissent dans les murs, notamment là où les sols sont particulièrement argileux. Photo d'illustration. (MARC ROLLMANN / MAXPPP)

"On ne s'attendait pas à un tel chiffre, mais on s'attendait à ce qu'il y ait des modifications à la suite de l'adaptation aux conditions climatiques", a déclaré ce lundi sur franceinfo David Morales, vice-président de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), en charge des affaires économiques et du numérique. Les conséquences de la sécheresse de 2022 sur les bâtiments auront un coût record cette année 2022 compris "entre 1,9 et 2,8 milliards d'euros", a révélé lundi France Inter.

franceinfo : Etes-vous étonnés par ces chiffres ?

David Morales : On ne s'attendait pas à un tel chiffre, mais on s'attendait à ce qu'il y ait des modifications à la suite de l'adaptation aux conditions climatiques. Cela fait 17 ans que la Capeb demande l'obligation d'une étude de sol avant de construire. On a réussi à l'avoir en 2020 et à partir de ce moment-là on a rendu l'étude de sol obligatoire pour pouvoir faire des fondations qui correspondent aux besoins.

"La problématique c'est que toutes les maisons qui ont été construites avant n'ont sans doute pas été faites dans de bonnes conditions et certaines ont des fondations qui travaillent et il y a des fissures qui arrivent sur les maisons."

David Morales, vice-président de la Capeb

à franceinfo

Est-ce les maisons, les bâtiments les plus anciens qui se fissurent ?

Tous les types de bâti où on n'a pas fait d'étude de sol et où il y a des modifications dues aux argiles. Les argiles se rétractent ou gonflent, donc les fondations bougent et la maison se fissure. Il peut y avoir des fissures sur toutes les veilles constructions. Cela fait un certain temps que cela arrive. Il faut vraiment, à chaque fois que l'on fait une nouvelle construction, aller chercher le sol dur pour avoir un sol qui permet de faire des fondations. Les fondations sont la base de la maison, si elles ne sont pas fiables, la maison peut s'effondrer ou se fissurer.

Depuis la sécheresse de cet été, les demandes auprès des artisans ont-elles augmenté ou est-ce trop tôt ?

Pas encore. Il faut que les personnes qui ont des maisons fissurées fassent des demandes auprès de leur commune. Cette dernière doit rassembler toutes les demandes et doit faire une demande auprès de la préfecture. La préfecture doit ensuite le faire remonter au niveau de l'Etat. C'est l'État qui ordonne la catastrophe naturelle. Cela fait beaucoup de choses avant d'arriver aux travaux. Donc, on n'a pas particulièrement plus de devis. Mais d'ici le début de 2023 ou dans le courant de l'année, on aura sans doute plus de demandes puisqu'il y a plus de fissurations.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.