AVANT/APRES. Visualisez l'ampleur de la sécheresse en France depuis l'espace

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.

Le mois de juillet 2022 est en passe de devenir le plus sec depuis 1959, selon Météo France. Et cette sécheresse historique s'observe depuis l'espace. 

La France jaunie. Après plusieurs mois très peu pluvieux dans de nombreuses régions de l'Hexagone, les sols manquent cruellement d'eau. Au 27 juillet, quelque 89 départements sont ainsi concernés par au moins un arrêté préfectoral limitant certains usages de l'eau. Le mois de juillet 2022 sera même "très probablement le mois de juillet le plus sec" jamais mesuré depuis le début des relevés, en 1959, selon Météo France. Une sécheresse visible depuis l'espace, comme le montrent ces images satellites prises à la fin du mois de juillet 2021 et à la fin du mois de juillet 2022.

Une France asséchée par des mois sans pluie

La France entière a connu une année particulièrement sèche. "Ces images montrent les conséquences directes de la sécheresse des sols sur la végétation", explique Christian Veil, climatologue chez Météo France. La période d'avril à juillet 2022 a été la deuxième plus sèche jamais enregistrée, juste derrière l'année 1976 aux mêmes dates, selon les données de l'institut de prévisions. Le seul mois de juillet est même en passe de battre tous les records, conséquence d'un hiver particulièrement sec et d'un printemps très chaud.

Pour mesurer la sécheresse, Météo France utilise un indicateur de l'humidité des sols. Il dépend du niveau de pluie et de la température. Or en 2022, il a beaucoup moins plu que d'habitude. "Tous les mois de 2022 sauf juin sont déficitaires en précipitations", explique Christian Veil. Le phénomène s'est encore aggravé au mois de juillet, avec seulement "8 mm de précipitations en moyenne du 1er au 25 juillet, un déficit énorme".

L'impact sur la végétation est ainsi particulièrement visible en comparaison avec l'été 2021, plus pluvieux. D'autant que l'été 2022 est particulièrement chaud, avec une canicule en juin, et une autre en juillet.

"Avec le changement climatique et l'augmentation des températures, il y a plus d'évaporation. On pourrait donc avoir un sol de plus en plus sec en été, mais aussi le reste de l'année."

Christian Veil, climatologue

à franceinfo

La côte Atlantique 

La différence entre 2021 et 2022 est plus marquée au nord de la Nouvelle Aquitaine, plutôt qu'au sud, dans la forêt des Landes. "La sécheresse met en difficulté la végétation basse, les arbustes, les petits arbres", détaille Christian Veil. "Les forets sont moins sensibles à la sécheresse superficielle car leurs arbres ont des racines plus profondes, dont ils peuvent se servir pour puiser l'eau", explique le climatologue. Mais un autre risque menace les forêts. Les sols très secs accélèrent la propagation des incendies, explique Météo France. Comme avec les feux de forêt en Gironde. L'image satellite, prise le 18 juillet 2022, a d'ailleurs capturé les fumées et les sols calcinés de l'incendie de Landiras.

La Côte d'Azur 

Dans cette région traditionnellement très sèche, le contraste avec l'été 2021 est un peu moins fort. Mais ce mois-ci est tout de même plus sec que d’habitude, avec plusieurs départements du pourtour méditerranéen où il n'a (presque) pas plu une goutte. C'est le cas dans le Var ou les Bouches-du-Rhône, où Météo France n'a décompté qu'un millimètre de pluie en moyenne en juillet. Christian Veil explique également la sécheresse en région Paca par un hiver particulièrement sec : "Il a très peu neigé dans les Alpes du Sud. Au printemps, les rivières n'ont pas été alimentées en eau."

L'Ile-de-France

En Île-de-France, l'impact de la sécheresse s'observe particulièrement dans les prairies. Le contraste sur un an est saisissant, d'autant plus que l'été 2021 avait été très arrosé dans la moitié nord du pays. "En 2021, l'indication d'humidité était supérieur à la normale, en 2022 il est bien en dessous de la normale", note Christian Veil.

L'Auvergne-Rhône-Alpes

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, la comparaison entre juillet 2021 et juillet 2022 est assez spectaculaire. Le vert profond a laissé place à un jaune paille. "La végétation arbustive, relativement basse, typique du territoire, doit particulièrement souffrir de la sécheresse", justifie Christian Veil. 

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.