Électricité : "Pas de risque de coupures lundi matin, rassure RTE, mais les marges de sécurité sont réduites"

Le gestionnaire du Réseau de transport d'électricité demande aux particuliers comme aux entreprises de limiter leur consommation lundi matin entre 7 heures et 10 heures. La vague de froid entraîne un surcroît de consommation alors que près de la moitié des centrales nucléaires françaises sont en maintenance.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
La vague de froid va contraindre la France à importer de l'électricité (illustration). (DIRK WAEM / MAXPPP)

Jean-Paul Roubin, directeur de l'exploitation de RTE, a assuré dimanche 3 avril  sur franceinfo qu'"il n'y avait pas de risque de coupures d'électricité" en France, mais que "les marges de sécurité étaient réduites", alors que le gestionnaire du réseau d'électricité appelle les Français à baisser leur consommation lundi matin entre 7 heures et 10 heures. La baisse des températures et la maintenance de plus de la moitié des centrales nucléaires obligent la France à importer de l'électricité de l'étranger. "On a une consommation plus forte que la production disponible en France", explique-t-il.

franceinfo : Pourquoi avoir appelé les Français à modérer leur consommation d'électricité ?  

Jean-Paul Roubin : Il y a une différence entre ce qui est produit et consommé en France. On est face à la conjonction de deux choses. La première chose, c'est que demain matin, les températures seront aussi froides que celles que l'on observe depuis vendredi. C'est-à-dire de 5 à 6 degrés en moyenne sous les normales de saison. Et ça implique une augmentation de la consommation française d'électricité, sous l'effet en particulier du chauffage électrique. Et cette consommation, vers 9 heures, pourra atteindre 73 000 mégawatts, ce qui sera le pic de la journée. Le deuxième point, c'est qu'on a une faible disponibilité de la production française d'électricité.

"On a, sur les 56 réacteurs nucléaires qui existent en France, 27 qui sont à l'arrêt pour des raisons de maintenance actuellement."

Jean-Paul Roubin, directeur de l'exploitation de RTE

à franceinfo

Cela veut dire que cette production française d'électricité pour demain matin 9 heures, on l'estime à entre 64 000 et 65 000 mégawatts, c'est-à-dire qu'on a une consommation plus forte que la production disponible en France. Et pour pallier cette différence, la France va devoir importer de l'électricité depuis l'étranger demain matin vers 9 heures, et en particulier un volume de l'ordre de 11 000 mégawatts.

L'objectif est d'importer le moins possible ?

Ce n'est pas forcément l'objectif d'en importer le moins possible, mais c'est d'importer ce qui peut être importé. C'est-à-dire que si jamais on devait importer beaucoup et que ce n'est pas possible depuis l'étranger, on se retrouverait face à une difficulté. Avec ses 11 000 mégawatts, on sait qu'on va pouvoir les importer depuis l'étranger demain matin. Donc il n'y a pas de risque de coupures d'électricité. En revanche, on a des marges de sécurité qui sont réduites, c'est-à-dire qu'on peut toujours penser que demain matin, la température sera peut-être plus froide que prévue ou que demain matin on ait un incident technique sur une centrale de production en France et donc il faut avoir des marges pour venir compenser finalement, soit cette hausse de consommation, soit cette baisse de production.

Les Français peuvent donc agir en baissant leur consommation ?

C'est pour cela qu'on invite tous les Français à agir, c'est-à-dire en faisant des petits gestes pour baisser sa consommation soit de son entreprise, soit de sa collectivité, soit de son foyer. En réalisant ces petits gestes demain matin, en particulier entre 7 heures et 10 heures, on va faire baisser la consommation française d'électricité et on va donc gagner en marge de sécurité. Demain matin à 7 heures quand on se réveille, quand on se lève avant de partir au bureau, avant de partir travailler, on peut ne pas enclencher un appareil électroménager. On peut aussi, en quittant son domicile, peut-être baisser un petit peu son chauffage électrique. Ce sont des gestes de ce type-là. Évidemment, il y a l'éclairage aussi. Demain matin, à 7 heures ou 7h30, il ne fera pas encore grand jour, mais est-ce qu'on a besoin d'éclairer autant ? Ces petits gestes qui feront que la consommation baissera du point de vue des ménages.

Les entreprises peuvent aussi agir ?

Pour les entreprises et les collectivités, c'est aussi le même type de gestes. Est-ce qu'on doit commencer à réchauffer nos bâtiments à partir de 7 heures du matin ? Ou est-ce que ça peut attendre un peu plus tard ? Pour les entreprises qui utilisent beaucoup l'informatique, qui utilisent beaucoup les réunions en distanciel, les messageries, l'utilisation d'applications qui, avec des flux vidéo, permettent de faire ces réunions à distance. Est-ce qu'on peut les décaler un peu et les faire après 10 heures ? C'est ces questionnements-là qui nous paraissent intéressants et qui permettraient finalement d'économiser en consommation d'électricité et de plus sécuriser le réseau demain entre 7 heures et 10 heures.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.