Pollution : faut-il s'inquiéter pour les participants au marathon de Paris ?

La course de 42 kilomètres doit se tenir dimanche à Paris, mais l'épisode de pollution aux particules fines provoque quelques inquiétudes.

Les participants au marathon de Paris, le 6 avril 2014 sur les Champs-Elysées.
Les participants au marathon de Paris, le 6 avril 2014 sur les Champs-Elysées. (THOMAS SAMSON / AFP)

Faut-il prendre ses jambes à son cou ? A trois jours du marathon de Paris, jeudi 9 avril, l'Ile-de-France est toujours traversée par un épisode de pollution aux particules. Le taux de concentration moyenne journalière de ces particules de moins de 10 µm se situait, jeudi, entre 55 et 70 µg/m3, au-dessus du seuil d'information fixé à 50 µg/m3.

L'inquiétude est vive du côté de la mairie de Paris, où Anne Hidalgo a souhaité, jeudi, la mise en place de nouvelles mesures pour réduire le trafic face à la pollution. Elle demandera ainsi la circulation alternée pour samedi, à la veille du marathon, si les prévisions sont encore mauvaises. "Pour la santé de tous les Parisiens et pour que le marathon de Paris puisse être, comme chaque année, un grand succès international, il nous faut agir dès aujourd'hui", a estimé, dans un communiqué, Anne Hidalgo.

"Un marathon dans des conditions dégradées"

L'élue a également demandé que l'abaissement des limites de vitesse, en vigueur jeudi, soit reconduit vendredi et que le contournement de l'Ile-de-France par les poids lourds de transit soit imposé "sans plus attendre". La mairie a aussi annoncé des dispositifs de gratuité pour les Vélib' et Autolib' à partir de vendredi.

"Si des mesures volontaires immédiates ne viennent pas remédier à la situation dès aujourd'hui, le marathon de Paris risque de se courir dimanche dans des conditions dégradées, a ajouté Anne Hidalgo. Je n'accepterai pas qu'un évènement sportif international majeur pour le rayonnement de Paris se transforme en vitrine d'une impuissance à prendre les bonnes décisions dans les bons délais."

"On ne va pas se mettre à distribuer des masques"

Du côté de l'organisation du marathon, aucun dispositif particulier n'est mis en place devant cet épisode de pollution. "On attend les autorités, on a toujours dit qu'on se plierait aux décisions des pouvoirs publics. En attendant, on ne prend pas de mesure particulière, on ne va pas se mettre à distribuer des masques..." répond une responsable du service communication du marathon.

Pour mémoire, Airparif indique (PDF) qu'il faut éviter les efforts physiques soutenus en plein air lors d'un épisode de pollution aux particules. En effet, au repos, un adulte inspire et expire environ 6 à 10 litres d'air par minute et jusqu'à 200 litres lors d'un effort. L'exposition aux particules fines est multipliée d'autant. Les participants au marathon seront donc particulièrement exposés.