La pollution aux particules fines n'en finit pas

Pour la cinquième journée consécutive, la pollution aux particules fines continue de frapper une bonne partie de la France. À Paris, la circulation alternée pourrait être mise en place dès le lundi 23 mars.

FRANCE 3

La cathédrale de Strasbourg ou encore celle de Dijon à peine visible. Depuis lundi, l'épisode de particules fines perdure en ville mais aussi en zones rurales. Nantes, Lille, Paris, Strasbourg ou encore Lyon, une grande partie de la France est concernée. Karine Léger, directrice d'Air Parif  explique le phénomène: "On émet des gaz dans l'atmosphère, à partir du transport et du chauffage. Ces gaz réagissent entre eux, forment des particules favorisées par les conditions météorologiques. Donc ça donne un très large épisode de pollution sur tout le nord de la France et de l'Europe".

Quelques recommandations

Pour lutter contre la pollution, des recommandations ont été donné aux industriels pour moins polluer. Dans de nombreuses régions des mesures de réduction de la vitesse ont été adoptés. En Bourgogne, la vitesse est réduite de 20 kilomètres heures sur les zones concernées. Une décision à laquelle toute la population n'adhère pas. "À mon avis, il ferait peut-être mieux de s'occuper des entreprises qui polluent au lieu des pauvres automobilistes", commente un homme au micro de France 3. À Paris, tout le week-end, les transports seront gratuits, une mesure qui facilitera des déplacements moins polluants que la voiture.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau avertit les usagers du périphérique parisien d\'un risque de pollution aux particules fines, le 13 février 2015.
Un panneau avertit les usagers du périphérique parisien d'un risque de pollution aux particules fines, le 13 février 2015. (MAXPPP)