Cet article date de plus de quatre ans.

Météo : de violents orages attendus dans le nord-est de la France

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Météo : de violents orages attendus dans le nord-est de la France
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Sur le plateau du 12/13, la journaliste météo Fabienne Amiach fait le point sur les prévisions météorologiques pour les jours à suivre, à compter de ce dimanche 29 avril.

De nombreux départements sont en alerte orange. "Nous avions déjà depuis hier soir [samedi 28 avril] la Corrèze, le Lot et le Tarn-et-Garonne. Mais comme c'est une perturbation très active avec un fort contraste de masses d'air, il y a de nombreux départements du nord-est qui sont donc en vigilance orange maintenant : il s'agit des Ardennes, de l'Aube, de la Marne, de la Haute-Marne, de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse, la Moselle, la Haute-Saône et les Vosges", énumère la journaliste météo Fabienne Amiach sur le plateau du 12/13.

Un mois de pluie en quelques heures seulement

Alors, pourquoi ? "La perturbation est très active ; il y a un très fort contraste de masses d'air. De l'air froid arrive par le nord et de l'air chaud monte par le sud. Le contraste est tellement fort que les averses orageuses vont donner des cumuls de précipitations d'un mois de pluie en quelques heures seulement. Tout ceci va se décaler vers l'est dans le courant de la soirée, jusqu'à demain matin. (...) Regardez la masse d'air de cet après-midi : il y a une amplitude de 17°C entre Cherbourg (Manche), avec 10°C, et 27°C pour Strasbourg (Bas-Rhin) et Mulhouse (Haut-Rhin). Les orages risquent d'être très forts", explique-t-elle.

Pour lundi 30 avril, qu'en est-il ? "On pense que ça va se calmer un peu ; pas du tout : une nouvelle perturbation arrive sur les côtes de la Manche avec à nouveau des orages qui évolueront de l'Aquitaine à la Bourgogne. Mais la tendance est quand même à l'accalmie à partir du 1er mai, même si ça reste un peu pluvieux sur le nord-ouest du pays et encore frais", conclut-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.