Neige : plusieurs centaines d'automobilistes ont passé une partie de la nuit bloqués sur l'A40 dans l'Ain

Jusqu'à 2 500 voitures se sont retrouvées coincées sur l'autoroute après d'importantes chutes de neige et du verglas. La circulation a totalement repris à 4h30 ce mercredi.

Article rédigé par
Avec France Bleu Pays de Savoie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bellegarde (Valserhône), dans l'Ain. (GOOGLE MAPS / FRANCEINFO)

Des centaines d'automobilistes se sont retrouvés bloqués sur l'autoroute A40 dans l'Ain dans la nuit de mardi 12 à mercredi 13 janvier, selon France Bleu Pays de Savoie en raison de fortes chutes de neige. La circulation, interrompu depuis la fin d'après-midi a d'abord repris entre les sorties 10 et 11, puis sur la totalité de l'autoroute.

Jusqu'à 2 500 véhicules bloqués

Au plus fort du blocage on en a compté 2 500 véhicules bloqués. Une centaine de gendarmes et de pompiers ont été mobilisés. "On s'attendait à 15 centimètres de neige et il en est tombé le double", précise les services préfectoraux.

Le maire de Bellegarde (Valserhône), Régis Petit, a ouvert des gymnases afin d'accueillir d'éventuels naufragés de la route. Des interventions ont eu lieu pour rétablir la circulation sur l'A40, au niveau du viaduc de Bellegarde (Haute-Savoie) et des opérations de déneigement ont lieu sur la partie Est de l'Ain, indique la préfecture de l'Ain. 

La Croix-Rouge apporte son soutien aux automobilistes

Des sapeurs-pompiers haut-savoyards ont été envoyés en renfort par le SDIS 74 pour aider ceux de l'Ain. Les chasse-neige ont été employés pour libérer les entrées de ville pour que les automobilistes évacués de l'A40 puissent s'y replier ou se diriger vers le réseau secondaire. La Croix-Rouge est également mobilisée pour apporter son soutien aux automobilistes, indique la préfecture de Haute-Savoie.

Les poids lourds sont interdits sur cette autoroute et la préfecture déconseille aux usagers d'emprunter cet itinéraire en raison des conditions météorologiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.