Neige : la réponse salée de la ville de Fleury-Mérogis à un internaute agacé

Interpellée sur Twitter, la municipalité de cette ville de l'Essonne a répondu séchement à un habitant qui se demandait s'il y avait un service de voirie à la mairie. "C'était le tweet de trop", explique le community manager à franceinfo. 

Une rue eneigée de Longjumeau (Essonne), le 7 février 2018. 
Une rue eneigée de Longjumeau (Essonne), le 7 février 2018.  (MAXPPP)

"On n'est pas venu ici pour souffrir, OK ?" Sur Twitter, le community manager de la ville de Fleury-Mérogis (Essonne) a choisi le sarcasme et l'ironie, mercredi 7 février, pour répondre aux internautes agacés par l'abondance de neige et de verglas sur les trottoirs et dans les rues. "Aucun déneigement. Pas de sablage, ni de salage. Y a-t-il un service de voirie à la mairie ?" s'est interrogé @pasdesglacons sur Twitter, interpellant la municipalité.

Visiblement agacée par cette remarque, la ville de Fleury-Mérogis a répondu séchement : "Non, il n'y a pas de service voirie à la mairie, il n'y a que des agents payés à regarder la neige tomber et à créer des conditions de circulation chaotiques pour les habitants de la ville. Et ça nous fait bien marrer. Voilà. (Sinon on est tous sur le pont depuis hier soir)."

"C'était le tweet de trop !"

Il faut dire que le 6 février, le même compte, qui relaie de nombreuses informations liées aux chutes de neige, avait publié des photos des services de la municipalité en pleine opération de salage. 

Le community manager à l'origine du tweet explique à franceinfo pourquoi il s'est lâché ainsi. Depuis le début de l'épisode neigeux mardi soir, Mathieu Cussot gère les réponses aux questions posées par les habitants sur les comptes Facebook et Twitter de la ville. "On en prend plein la tête parce que les gens râlent souvent. En général, j'essaie d'expliquer, de faire de la pédagogie... Mais cette fois-ci, non. C'était le tweet de trop !"

Un ton détonnant qui tranche avec le style habituellement utilisé par les comptes officiels des collectivités locales ou autres institutions publiques. Mathieu Cussot explique qu'il préfère user d'un ton direct et léger avec les administrés : "C'est une ligne éditoriale qu'on essaie de s'appliquer sur tous nos supports : le magazine, le site internet (en cours de refonte) et les réseaux sociaux."

J'essaie de m'exprimer comme si je m'adressais à mes parents, par exemple.Mathieu Cussotà franceinfo

Ses deux messages, retweetés au total plus de 200 fois et repris par plusieurs médias, ont fait sourire dans les couloirs de la mairie. "J'ai montré le tweet à la maire, Aline Cabeza, et cela l'a amusée", confie-t-il.