Météo : huit questions pas si bêtes sur la neige

"Les chutes de neige deviendront significatives à partir de la deuxième partie de nuit de lundi à mardi", prévient Météo France. L'occasion de s'interroger sur ce phénomène enchanteur et complexe.

Un enfant s\'approche d\'un bonhomme de neige sur la plage du Havre (Seine-Maritime), le 13 janvier 2010.
Un enfant s'approche d'un bonhomme de neige sur la plage du Havre (Seine-Maritime), le 13 janvier 2010. (MAXPPP)
avatar
Elise LambertFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le mois de février commence sous la neige pour une partie de la France. Quarante-cinq départements ont été placés en vigilance neige et verglas, lundi 5 février par Météo France. "Les chutes de neige deviendront significatives à partir de la deuxième partie de nuit de lundi à mardi, prévient le prévisionniste. Sur l'épisode, on attend de 3 à 5 cm, localement 10 cm sur l'Ile-de-France. Sept à 15 cm localement, 20 cm sur les Pays de Loire. Sur les départements du Nord-Est, ce sont les pluies ou bruines verglaçantes qui présentent un risque particulier, plus que les cumuls de neige habituels pour ces régions. Enfin, sur le Massif central, une vingtaine de centimètres supplémentaires est prévue."

>> Neige, verglas, inondations... Suivez les intempéries et leurs conséquences dans notre direct

Pourquoi la neige tient-elle dans certaines régions et pas dans d'autres ? Comment différencier la neige du grésil ? La neige en ville, est-ce un bon signe pour l'environnement ? Eléments de réponse.

1Pourquoi la neige est-elle blanche ?

La neige est constituée de cristaux d'eau glacée transparents, mais lorsqu'on la regarde, les flocons sont blancs et les couches de neige au sol sont aussi immaculées. Cette couleur est due à la lumière et à sa déviation, explique francetv éducation : "Quand la lumière traverse un bloc de glace homogène, le rayon de lumière est juste dévié, le bloc de glace n'est pas invisible, mais transparent."

En revanche, la neige n'est pas homogène, elle est constituée de millions de cristaux de glace de quelques millimètres chacun, les flocons. Chaque flocon est transparent, puisqu'il est formé de glace, mais la neige est composée de milliards de flocons : "La lumière qui s'y reflète n'est jamais en ligne droite, elle est déviée, reflétée, par un flocon, puis un autre."

Lorsque cette lumière parvient à nos yeux, toutes les couleurs et les formes ont été mélangées. "Si, en peinture, le mélange de toutes les couleurs donne du noir, en lumière, cela donne du blanc", explique francetv éducation. C'est pour cette raison que la neige nous apparaît à l'œil uniformément blanche.

2Peut-on manger de la neige ?

"La neige est l’une des premières substances 'naturelles' que les enfants aiment tester", explique la radio américaine NPR (en anglais). Mais est-ce bien raisonnable d'en manger ? Selon le professeur de chimie de l'université de l'Arkansas Jeff Gaffney, la "neige contient principalement de l'eau, mais sa composition peut varier en fonction de l'endroit d'où elle vient". On peut ainsi y trouver des sulfates, des nitrates ou du mercure.

"En tombant du ciel, les flocons, avec leur structure complexe, capturent des polluants de l’atmosphère, comme le noir de carbone ou la suie, mais le tout à des niveaux 'bien inférieurs aux doses toxiques'", précise Slate.fr. Il y a donc peu de risques pour que l'ingestion de neige conduise à une intoxication ou à la mort, mais la pratique "est peu conseillée", précise François Gourand, prévisionniste à Méteo France, à franceinfo.

Manger de la neige qui a été "labourée" au sol est aussi déconseillé, car, en fonction du sol, elle peut contenir des produits chimiques ou du sable. Si l'envie reste, il vaut mieux attendre quelques heures avant d'ingérer des flocons, prévient le chercheur canadien John Pomeroy, spécialiste du réchauffement climatique à l'université de Saskatchewan, à NPR : "Les premiers flocons auront en quelque sorte 'nettoyé' le ciel pour les derniers, qui seront donc plus 'propres'." 

3Fait-il forcément 0 °C lorsqu'il neige ?

Pas forcément. La neige peut tomber par des températures positives. "C'est le cas par exemple des chutes de neige associées à des averses ou averses orageuses", explique François Gourand.

Dans ces cas-là, les flocons de neige vont se former dans les nuages, à une altitude où il fait beaucoup plus froid. Si les flocons sont suffisamment gros, leur poids va les faire tomber d'une traite au sol, et ils n'auront pas le temps de fondre durant leur chute.François Gourandà franceinfo

Ces cas sont peu fréquents mais possibles. En revanche, une fois tombés au sol, si l'atmosphère est plus chaude, et le sol plus chaud, les flocons vont rapidement fondre. "Le spectre de températures sous lequel il peut neiger est très large, les cas les plus fréquents sont proches de 0 °C, mais ce n'est pas automatique", reprend le prévisionniste de Météo France.

4Comment différencier la neige du grésil ?

Le grésil est une précipitation de petits grêlons. "C'est un nuage de type averse ou giboulées", décrit François Gourand. "Il est généralement mélangé avec de la pluie. Et lorsqu'il se produit, il ne peut tomber que d'un cumulonimbus, les fameux nuages d'orages, que l'on retrouve généralement dans les ciels de traîne", détaille Sébastien Laflorencie, professeur à l'Ecole nationale de la météorologie à Toulouse, sur LCI. Ce type de ciel se retrouve après le passage d’une perturbation, lors de l’arrivée de l’air froid, précise Météo France.

De manière générale, le grésil se forme dans des nuages de froid, en altitude, lors d'un temps humide. "Des cristaux de glace vont se former et grossir petit à petit. Ça peut se faire de manière très lente, ce n'est pas forcément lié à une atmosphère instable", explique François Gourand. Ces grains de glace peuvent mesurer 5 mm de diamètre maximum et vont retomber très rapidement dans l'atmosphère. "En fonction des saisons, on aura des averses de pluie, des averses de grésil et de grêle ou des averses de neige. C'est une question de température", note Sébastien Laflorencie.

La neige fondue est formée de cristaux de neige qui vont tomber et traverser une atmosphère dont la température est positive. "Si les cristaux ne sont pas assez solides, ils vont fondre pratiquement en tombant au sol et donner cette impression de 'neige fondue", note François Gourand.

5Qu'est-ce qui fait que la neige tient au sol ?

La "fixité" de la neige va dépendre de la température de l'air, du sol et de la quantité de neige tombée. "Une chute de neige, même assez importante, sur un sol dont la température est positive, aura du mal à tenir. Elle va fondre rapidement à son contact", remarque François Gourand.

Certains sols gardent plus facilement le froid que d'autres, comme les pelouses, la terre. En revanche, le bitume stocke davantage la chaleur et la neige a plus de mal à s'y fixer.François Gourandà franceinfo

La température de l'air est aussi importante. "Si l'air est doux, la neige de surface aura tendance à fondre rapidement. S'il fait très froid, la neige se maintiendra." Enfin, la densité de neige tombée compte car "si la quantité est importante, la neige mettra logiquement plus de temps à fondre".

6Pourquoi est-on fasciné quand il neige ?

Si les citadins regardent tomber la neige avec joie, ce n'est pas forcément le cas des personnes habitant dans les régions montagneuses où la neige est plus banale. "Dans les plaines en France, c'est assez rare, ça n'arrive pas tout le temps en hiver, d'où la fascination pour certains", esquisse François Gourand. En revanche, "dans l'est de la France, et dans beaucoup de pays nordiques où la neige est quasiment présente toute l'année, la fascination doit être moindre..."

La neige est aussi un marqueur culturel dans les pays occidentaux, explique la BBC (en anglais) "La neige nous rappelle notre jeunesse et aussi Noël. Les gens achètent des cartes de Noël avec de la neige, même dans les régions du pays qui n'en n'ont pas forcément durant cette fête." C'est la saison du ski, de la raclette, bref, la fin d'année approche. 

Mais nos ancêtres n'ont pas toujours eu cette fascination "sentimentale" pour elle. "Au Moyen-Âge, le mauvais temps était synonyme de mort", relève Robert Penn, co-auteur de l'ouvrage The Wrong Kind of Snow : How Weather Made Britain (ed. Hodder & Stoughton). Pour les agriculteurs, la neige pouvait endommager les cultures et empêcher le travail. Les soldats appréciaient peu la neige qui signifiait l'arrêt total des campagnes militaires.

L'idée que la neige soit quelque chose que nous célébrons est assez récente. Tout comme le fait qu'on la voie comme une rareté.Robert Penncité par la BBC

7Quelle forme ont vraiment les flocons ?

Les flocons ont plusieurs formes et l'inventaire connu n'est pas exhaustif. Selon Météo France, les flocons peuvent avoir une forme d'"étoile de neige fraîche", de "plaquette hexagonale", d'"aiguilles", de "neige roulée"... Ces formes sont visibles dans la neige "récente", soit quelques heures à jours après la chute. En revanche, dans de la neige évoluée, qui peut être recouverte par d'autres couches de neige, on trouve d'autres formes de flocons : les "grains fins", les "grains fins à face plane" ou encore les "gobelets". Idem pour la neige de culture, produite artificiellement par des canons à neige, dont les flocons ressemblent à des minuscules gouttelettes d'eau. "Les températures et le vent déterminent la forme des cristaux", ajoute François Gourand.

8La neige va-t-elle disparaître en France ?

"Vraisemblablement non, mais les études ne sont pas unanimes et cela dépend du lieu où l'on se trouvera", répond François Gourand. "Il est probable que dans les lieux où il neige déjà très rarement, il ne neigera plus du tout. En France, on peut penser qu'il va continuer à neiger dans les lieux habituels, mais il y a beaucoup d'incertitudes."

Le réchauffement climatique entraîne déjà des vagues de froid moins fréquentes et moins intenses que celles connues dans le passé. Mais des conditions météo ponctuelles pourront quand même former de la neige, comme des masses d'air froid ou des alternances de coups de chaud et de froid. Une température moyenne plus élevée n'exclut donc pas la chute de flocons.

En revanche, il est certain que l'enneigement moyen sur nos massifs recule. Il neige déjà beaucoup moins.François Gourandà franceinfo

Ainsi, dans les Alpes, où la température a augmenté de 1,85°C en un siècle, les "neiges éternelles", qui ne fondent jamais, ont quasiment disparu.