Avalanches : le nombre de morts a presque doublé durant l'hiver

Ce chiffre provient essentiellement du ski de randonnée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un panneau informant sur les risques d'avalanche, le 13 janvier 2021, dans la station de ski des Mourtis (Haute-Garonne). (ADRIEN NOWAK / HANS LUCAS / AFP)

Les avalanches ont provoqué la mort de 39 personnes cet hiver en France. Le bilan est bien plus lourd que les années précédentes et indirectement lié au Covid-19, a expliqué lundi 31 mai l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (Anena) basée à Grenoble.

Ce chiffre, le double de la moyenne de 20 morts par an depuis cinquante ans, provient essentiellement du ski de randonnée. Cette pratique a entraîné 37 des 39 décès survenus lors d'avalanches en montagne. Dans son bilan provisoire de l'hiver 2020-2021, l'Anena décompte 134 coulées de neige ayant entraîné au moins une personne et 221 personnes emportées au total. 

Les victimes étaient des skieurs expérimentés

Les conditions de la neige et de la météo, ainsi que la fermeture des remontées mécaniques, peuvent expliquer ce lourd bilan, estiment les experts dans un communiqué. Pour l'essentiel, les victimes étaient des skieurs expérimentés. Nombre d'entre eux étaient guides, secouristes ou montagnards aguerris. Mais la météo de cet hiver et du printemps a généré des manteaux neigeux "globalement instables durant une grande partie de la saison" dans les Alpes. Cela s'est prolongé en mai, où un grand nombre d'avalanches mortelles se sont déclenchées.

Dans un contexte de restrictions de libertés dues à la crise sanitaire, ces conditions défavorables n'ont pas découragé les pratiquants d'aller profiter de la poudreuse, estime l'Anena. Celle-ci souligne également que les domaines skiables, habituellement sécurisés, ne l'étaient pas tous en raison de l'arrêt des remontées mécaniques dû au Covid-19.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Avalanche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.