Météo : un "pic de douceur" attendu mercredi

À moins d'un mois du printemps, la douceur s'est déjà installée en France et les températures devraient continuer à grimper jusqu'en milieu de semaine.

Plage de Wissant siur la côte d\'Opale, le 15 février 2019.
Plage de Wissant siur la côte d'Opale, le 15 février 2019. (PHOTO PQR / LA VOIX DU NORD / MAXPPP)

Est-ce que l'hiver est bel et bien terminé ? "La douceur s'est installée et va se prolonger assez largement au cours de la semaine prochaine avec un pic de douceur attendu mercredi", affirme dimanche 24 février, Jérôme Lecou, prévisionniste à Météo France, sur franceinfo. Il précise que "depuis plusieurs jours on a un dôme d'air chaud qui s'est installé sur l'ouest de l'Europe (...). Ce n'est pas complètement inédit mais c'est assez remarquable (...). Les saisons sont de plus en plus courtes."

franceinfo : Les températures printanières que l'on connaît vont-elles se prolonger ?

Jérôme Lecou : La douceur s'est installée et va se prolonger assez largement au cours de la semaine prochaine avec un pic de douceur attendu mercredi. Ensuite, les températures vont un peu baisser tout en restant au-dessus des moyennes de saison. Depuis plusieurs jours, on a un dôme d'air chaud qui s'est installé sur l'ouest de l'Europe, c'est de l'air subtropical qui remonte. Il n'y a pas que la France qui connaît des températures remarquables, il y a également le Bénélux ou encore le Royaume-Uni, avec des températures qui dans certains coins d'Europe sont dignes d'un mois d'avril.

Mais plus concrètement, à quoi est-ce que c'est dû ce temps printanier sur une partie de l'Europe ?

On a un méandre au niveau de l'atmosphère qui est sur l'Europe, mais toute l'Europe ne connaît pas des températures aussi douces. On a de l'air froid sur l'Europe de l'est, un air froid qui est descendu sur l'est du bassin méditerranéen. Donc, on a de l'air chaud qui remonte sur la partie ouest alors qu'on a plutôt de l'air froid qui, au contraire, descend plus à l'est. Ce n'est pas complètement inédit mais c'est assez remarquable. Dimanche, en début d'après-midi, il faisait 19,7 degrés à Brest, ce qui est un record mensuel, ce qui nous situe 10 degrés au-dessus des normales de saison. C'est quand même très étonnant et la douceur est répartie sur l'ensemble du pays avec des températures qui souvent sont entre 6 à 10 degrés au-dessus des normales.

Est-ce que ces températures corroborent les affirmations concernant le réchauffement climatique ?

On commence vraiment à voir des effets de ce changement climatique. On peut même dire que régulièrement on a des phases comme ça de grandes douceurs qui, certes, sont toujours entrecoupées de périodes de fraîcheur puisqu'on garde quand même une grande variabilité du climat au niveau de latitudes et ça, ça ne changera pas. Mais ce qui est très net, c'est que les saisons, comme la saison hivernale, sont de plus en plus courtes et que les périodes froides à l'intérieur de ces hivers sont réduites ou du moins entrecoupées de périodes de douceur où on bat régulièrement des records. Ça c'est un fait bien établi.