Cet article date de plus d'un an.

Météo : trois choses à savoir sur la nouvelle vague de chaleur qui va frapper la France à partir de lundi

Le Sud-Ouest et la vallée du Rhône seront les régions les plus durement touchées, avec des pics à près de 40 °C attendus par Météo France. Ces hautes températures, dues au cumul d'un anticyclone et d'une plume de chaleur venue du Sahara, s'installent pour au moins dix jours.

Article rédigé par Luc Chagnon
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Un thermomètre affiche 37 °C à Toulouse (Haute-Garonne), le 15 juin 2022. (ALAIN PITTON / NURPHOTO / AFP)

Après une vague de chaleur particulièrement précoce mi-juin, la France va être frappée par une nouvelle hausse généralisée des températures qui devrait s'étendre au moins jusqu'au week-end prochain, selon Météo France. Qui va-t-elle toucher ? Quelles en sont les causes ? Combien de temps va-t-elle durer ? Voici trois choses à savoir sur cette vague de chaleur.

1Plus de 30 °C attendus sur tout le territoire, des pics à près de 40 °C

Le mercure a déjà débuté son ascension ce week-end avec des températures "élevées mais de saison", explique à franceinfo Jean-Yves Choplin, prévisionniste chez Météo France. Ce n'est que le début : l'agence anticipe l'arrivée d'une vague de chaleur qui va s'installer lundi sur tout le territoire et se renforcer pendant la semaine. "La plaine toulousaine et la vallée du Rhône seront plus durement touchées", signale Jean-Yves Choplin. Le mercure pourra y atteindre les 38 °C dès lundi. Il devrait dépasser les 30 °C sur une grande partie du territoire, selon Météo France. Les températures vont continuer à augmenter les jours suivants, avec une extension des fortes chaleurs le long de la façade atlantique.

En revanche, il est peu probable que les températures atteignent les 46 °C, comme l'affirmaient certaines cartes très relayées sur les réseaux sociaux ces derniers jours. "Ces simulations étaient celles d'un modèle américain, le Global Forecast System, relate Jean-Yves Choplin. Les météorologues utilisent une centaine de modèles différents pour déterminer une tendance moyenne. Aucun autre modèle ne donne des températures à 46 °C, ce qui ne veut pas dire que ça n'a aucune chance d'arriver, mais c'est très peu probable."

2L'addition d'un anticyclone et d'une plume de chaleur

Plusieurs coupables contribuent à la hausse des températures attendue dans les prochains jours. Jusqu'à lundi, elle est principalement due à "un anticyclone assez puissant qui couvre l'Europe de l'Est et limite la circulation de l'air", explique Jean-Yves Choplin. "Le soleil chauffe cette masse d'air et le sol pendant la journée, puis l'air redescend la nuit, ce qui le compresse et l'échauffe, et ainsi de suite tant que l'anticyclone se maintient", décrit le spécialiste. D'où une première phase de hausse lente et généralisée des températures.

A partir de mardi, un nouveau phénomène entre en jeu : une "goutte froide" va se former au large du Portugal. Cette masse d'air froid qui se forme en altitude va provoquer le déplacement d'une langue d'air chaud venue du Maroc. C'est cette "plume de chaleur", prévue pour passer par l'Espagne avant de frapper le sud de la France et la façade atlantique, qui sera responsable de la hausse plus rapide des températures à partir du milieu de semaine, avec des augmentations de deux degrés par jour.

Des phénomènes favorisés par le réchauffement climatique, causé par les émissions de gaz à effet de serre liées à l'activité humaine. "Ces épisodes de forte chaleur sont nettement plus nombreux depuis 2000", souligne Jean-Yves Choplin, qui ajoute qu'"on a connu deux canicules de plus de dix jours entre 1947 et 2000, mais déjà trois depuis 2000".

3Une vague de chaleur qui devrait durer au moins dix jours

"Actuellement, nos prévisions à dix jours ne voient pas la fin de cette vague de chaleur", avertit Jean-Yves Choplin. Les prévisions sont en général réalisées pour la semaine ou les dix prochains jours, car plus on essaie d'anticiper loin, plus les incertitudes sont importantes.

"Cette vague de chaleur sera un peu moins intense que celle de 2019, mais en termes de durée, elle est bien au-dessus."

Jean-Yves Choplin, prévisionniste chez Météo France

à franceinfo

"De nombreuses incertitudes demeurent encore sur le comportement de cette goutte froide" après le 15 juillet, note le prévisionniste Florentin Cayrouse sur Twitter. Plus cette masse d'air froid se maintiendra longtemps, plus elle entraînera le déplacement d'air chaud du Sahara.

L'autre question, c'est le "potentiel caniculaire" : cette vague de chaleur va-t-elle se transformer en canicule ? Pour cela, il faudrait que les fortes chaleurs se maintiennent de jour comme de nuit au-delà de seuils fixés au niveau départemental, sur une période supérieure à trois jours.

Là aussi, les prévisionnistes restent prudents pour le moment. "On va surveiller de très près la situation dans le Sud, mais on s'attend à des fluctuations de températures sur la moitié Nord, explique Jean-Yves Choplin. Les seuils seront peut-être atteints dans certains départements à partir de mardi, mais on ne s'attend pas à une canicule à l'échelle nationale."

Il faut également se préparer aux conséquences potentielles de cette vague de chaleur, notamment les incendies. "Il faudra être extrêmement vigilant" appelle Jean-Yves Choplin, qui note qu'"il ne manque qu'un petit peu de vent la semaine prochaine et toutes les conditions seront réunies pour que des feux de forêt se déclenchent". Le nord du Gard vient déjà d'être ravagé par un "mégafeu" qui a brûlé plus de 650 hectares.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.