Cet article date de plus de sept ans.

Intempéries : soupçonnant un dégazage, des villes de Loire-Atlantique portent plainte

Plusieurs communes de la façade atlantique ont constaté l'arrivée de boulettes et de galettes d'hydrocarbures sur leurs plages.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A Olonne-sur-Mer (Vendée), toutes les plages ont été fermées au public, en raison d'une pollution aux hydrocarbures. (MAXPPP)

Les villes continuent de découvrir de nouveaux dégâts liés aux intempéries. Des communes du littoral de Loire-Atlantique ont commencé à déposer plainte après l'arrivée de boulettes d'hydrocarbures sur leurs plages. Les communes de Saint-Brévin-les-Pins et de Piriac-sur-Mer ont notamment indiqué, lundi 10 février, leur intention de saisir la justice.

Michèle Quellard, maire du Croisic, a annoncé avoir porté plainte dès vendredi, après l'arrivée de boulettes et de galettes d'hydrocarbures sur les plages de sa commune. Le même phénomène a été signalé depuis mercredi dans les départements voisins du Morbihan et de la Vendée.

Des plages fermées au public

L'origine de cette pollution n'a pas été déterminée, mais les communes riveraines soupçonnent un dégazage commis par un ou plusieurs pétroliers au large, à la faveur des tempêtes de la semaine dernière. Comme le plan Polmar n'a pas été déclenché par l'Etat, le nettoyage des plages reste à la charge des communes. Si un responsable était identifié au terme d'une enquête judiciaire, les communes pourraient peut-être obtenir une indemnisation.

Selon la préfecture du Morbihan, "les hydrocarbures recouvrent environ 3% du littoral, plages, galets et rochers concernés". Ce fioul devant être manipulé uniquement avec un équipement approprié, plusieurs mairies ont interdit l'accès à leurs plages souillées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Météo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.