Tempête Gloria : réveil difficile dans les Pyrénées-Orientales

Dans les Pyrénées-Orientales, la décrue s'est amorcée dans la journée du jeudi 23 janvier. Les 1 500 personnes évacuées la nuit d'avant découvrent progressivement l'ampleur des dégâts.

France 3

Sur les bords de l'Agly, dans les Pyrénées-Orientales, jeudi 23 janvier au soir, le soleil a enfin chassé la pluie au grand soulagement des riverains venus scruter en nombre le niveau du fleuve. "Je pense que là, c'est bon, (...) c'est un mauvais souvenir", se réjouit une habitante. Jeudi matin, sur les rives de l'Agly, la petite commune de Claira, 4 000 habitants, a vécu un réveil difficile. 40 cm d'eau submergent plusieurs quartiers après une nuit passée à redouter le pire.

Des dégâts dans les vignes

Dans une salle aménagée en urgence s’est réfugiée, pour un jour, une cinquantaine de riverains. Tous habitent à moins de 300 m de la rivière. Ils ont été contraints d'évacuer leur maison. "C'est vrai que cette nuit, on ne savait pas trop, est-ce que ça allait vraiment déborder ? (...) On s'est quand même fait du souci", explique l'une de ces personnes évacuées. Plus en amont de l'Agly, Saint-Paul-de-Fenouillet a également souffert. La crue a endommagé les vignes de muscat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une rue inondée à Argeles-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), le 21 janvier 2020.
Une rue inondée à Argeles-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), le 21 janvier 2020. (RAYMOND ROIG / AFP)