Cet article date de plus de deux ans.

Orages : des scènes "d'apocalypse" après le passage de la grêle de la Gironde aux Pyrénées-Atlantiques

La soirée de lundi a été marquée dans le Sud-Ouest et l'ouest de la France par de violents orages, avec notamment de fortes rafales de vent et de la grêle.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Des grêlons de la taille d'une balle de tennis ont été observés.  (FANNY NARVARTE / RADIO FRANCE)

De violents orages ont frappé le Sud-Ouest et l'ouest de la France, dans la nuit de lundi à mardi, avec de forts cumuls de pluie, des rafales de vent et de la grêle, des grêlons qui par endroits ont atteint plus de 7 cm de diamètre notamment sur la région bordelaise.

Gironde

En Gironde, l'orage a éclaté aux alentours de 21h15 lundi soir, avec d'impressionnantes averses de grêle allant du bassin d'Arcachon au Libournais en passant par l'agglomération bordelaise et le Médoc. Keraunos, spécialisé dans le suivi des orages, a recensé plus de 1 400 éclairs en moins de trois heures sur le département. Les pompiers sont intervenus 862 fois, la plupart du temps pour des locaux inondés, selon le décompte de la préfecture à 8h30 ce mardi. Sur Twitter, elle déplore 4 blessés légers et 15 000 coupures d'électricité dans le Libournais et le nord Médoc. Au total, 56 communes ont été touchées par le passage de cet orage. Les communes les plus sinistrées sont Saint-Médard-en-Jalles, le Taillan-Médoc et Carcans.

Sur France Bleu Gironde, Agnès Versepuy, la maire du Taillan-Médoc, estime qu'environ "80% des maisons sont touchées" dans sa commune qui se trouvait "en plein dans le couloir de grêle".

"Dans une centaine de maisons, les plafonds se sont effondrés, dans les salons, dans les chambres", décrit-elle, évoquant des scènes "d'apocalypse", "des familles avec des enfants cachés sous les tables". Agnès Versepuy indique qu'une personne est tombée de son toit et appelle chacun à "ne pas se mettre en danger" alors que de le retour de la pluie est prévu dans la journée.

Dordogne

En Dordogne, la grêle et le vent ont fait d'importants dégâts dans 36 communes dont Ribérac, La Roche-Chalais ou encore Vanxains. Les pompiers ont réalisé près de 300 interventions, dès 22 heures lundi soir.

Le maire de Ribérac, Nicolas Platon, évoque sur France Bleu Périgord "des dégâts considérables". "Il y a 2 700 habitations et pas une seule maison n'a été épargnée par cet orage", déplore-t-il. Des toitures ont été abimées dont celles du groupe scolaire et de l'hôpital de la commune. Une salle polyvalente a été mise à disposition des habitants de Ribérac.

"On ne déplore pas à ce stade de victime, ni même de personne blessée", indique le préfet de la Dordogne Jean-Sébastien Lamontagne. Selon son dernier bilan, plus aucune route n'était coupée à 9h. En revanche, 12 000 personnes étaient privées d'électricité ce matin.

Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées

Selon France Bleu Béarn, les pompiers des Pyrénées-Atlantiques ont enregistré 1 250 appels pour des toitures endommagées et des inondations et opéré 600 interventions sur tout le département. Dans le détail, 150 interventions ont eu lieu en Bigorre et 450 interventions dans le Béarn, notamment dans le secteur de Soumoulou, particulièrement touché.

Dans cette commune de 1 562 habitants, les secours sont intervenus 340 fois dans la nuit de lundi à mardi. Interrogée par France Bleu Béarn, Clotilde, une habitante, raconte comment l'extérieur de sa maison a été endommagé. "Ça a été terrible, j'ai eu très très peur, le store de la cuisine a été complètement haché, la voiture pareil, tout est grêlé, le pare-brise est éclaté", témoigne-t-elle. "On va dire que c'est matériel", se console-t-elle.

La grêle est tombée abondamment également dans le secteur de Nay où plusieurs dizaines d'habitations ont été touchées. Pau a été un peu plus épargnée, avec une vingtaine d'interventions pour les secours sur la commune d'Assat.

200 appels et 150 interventions ont également été enregistrés dans les Hautes-Pyrénées. Ces intempéries n'ont fait aucun blessé selon les pompiers des Hautes-Pyrénées.

Vendée

Il a également énormément plu au passage des orages, lundi soir, sur une partie de la Vendée avec notamment 38 millimètres d'eau relevés à Thorigny, près de La Roche-sur-Yon, 36mm à Aubigny-les-Clouzeaux, à peu près dans le même secteur, et 29 mm à Noirmoutier-en-l'île. Les pompiers sont intervenus à 41 reprises.

Gers

Les pompiers du Gers sont intervenus 45 fois sur le terrain pour des dégâts liés aux violents orages, rapporte France Bleu Occitanie. L'épisode de grêle a été bref mais intense. De gros grêlons sont tombés sur les communes d'Haget et Malabat, au sud-ouest du département. Il n'y a pas eu de blessé.

Charente et Charente-Maritime

Les pompiers charentais ont effectué plus de 200 interventions pour des toitures endommagées ou des caves inondées, selon les informations de France Bleu La Rochelle. Le hall de la gare SNCF d'Angoulême a été en partie inondé, mais la gare a pu rouvrir ce matin. Le département a été frappé par la foudre 2 800 fois la nuit dernière. Par ailleurs, de très fortes rafales de vent allant jusqu'à 113 km/h ont été enregistrées à Angoulême ou encore 112 km/h à Cognac.

Dans les vignobles des deux Charentes, "il y a énormément de dégâts", déplore Christophe Véral, président du Bnic, le Bureau national interprofessionnel du Cognac qui a mis en place un bureau de crise. "La récolte était belle, c'est une catastrophe pour notre région. Je pense avant tout aux viticulteurs qui voient le fruit de leur travail mis à bas en quelques minutes par des rafales de vent et de la grêle", témoigne-t-il sur France Bleu La Rochelle.

En Charente-Maritime, les secours du Sdis comptabilisent 115 interventions, concentrées dans le sud du département. Certaines sont toujours en cours. Météo-France relève 55 mm de pluie, à Clion, entre Pons et Mirambeau.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.