A cause du changement climatique, le nombre de catastrophes naturelles a presque doublé en 20 ans, alerte l'ONU

L'organisation internationale signale également que les désastres naturels ont tué plus de 1,2 million de personnes depuis 2000.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Inondations à Pensacola, en Floride, après le passage de l'ouragan Sally, le 16 septembre 2020.  (CHANDAN KHANNA / AFP)

"Nous sommes sciemment destructeurs", a mis en garde l'ONU, lundi 12 octobre, lors de la présentation d'un rapport sur les désastres naturels. Le changement climatique est le principal responsable du doublement du nombre des catastrophes naturelles dans le monde en vingt ans, selon l'organisation internationale. Au cours des vingt dernières années, de 2000 à 2019, 7 348 désastres naturels ont été recensés dans le monde, soit près de deux fois plus qu'entre 1980 et 1999, révèle un rapport du Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR, lien en anglais).

Cette progression est surtout liée à l'augmentation du nombre de catastrophes climatiques, passé de 3 656 entre 1980 et 1999, à 6 681 entre 2000 et 2019, pointe le rapport. Les inondations, qui ont doublé, et les tempêtes ont été les catastrophes les plus fréquentes au cours des deux dernières décennies. L'Asie, où se trouvent huit des dix premiers pays enregistrant le plus grand nombre de catastrophes, est la région la plus touchée, suivie par le continent américain et l'Afrique.

Un risque systémique

A l'échelle planétaire, le nombre de morts n'a que peu augmenté, passant de 1,19 million sur la période 1980-1999 à 1,23 million sur la période 2000-2019. En revanche, le nombre de personnes touchées par ces désastres naturels a bondi, passant de 3,25 milliards à 4 milliards. "Le risque de catastrophe devient systémique", a insisté la représentante spéciale pour la réduction des risques de catastrophe, Mami Mizutori, lors d'une conférence de presse, en appelant le monde à suivre les recommandations des scientifiques et à investir dans les programmes de prévention et d'adaptation au changement climatique.

Davantage de vies sont sauvées mais davantage de personnes sont touchées par l'urgence climatique croissante.

Mami Mizutori

en conférence de presse

"Le Covid-19 a vraiment sensibilisé les gouvernements et le public en général sur les risques qui nous entourent. Ils peuvent voir que si le Covid-19 est aussi terrible, l'urgence climatique peut être encore pire", a lancé Mami Mizutori. "Sans relance verte, nous ne ferons qu'accroître l'urgence climatique", a-t-elle ajouté.

Les coûts des catastrophes naturelles sont évalués à au moins près de 3 000 milliards de dollars (soit 2 543 milliards d'euros) depuis 2000. Un montant toutefois sous-estimé puisqu'un grand nombre de pays, notamment en Afrique et Asie, ne fournissent pas d'informations sur l'impact économique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.