Intempéries meurtrières : pourquoi l'alerte rouge n'a pas été déclenchée par Météo France ?

Face à la violence de ces intempéries, tout le monde s'interroge. Les prévisionnistes se justifient en affirmant qu'un tel phénomène est impossible à anticiper. Les détails avec France 2.

FRANCE 2

Orages, pluies torrentielles, vents violents, neige ou verglas, depuis 14 ans, les cartes de vigilances permettent à la population et aux services de secours d'être en éveil. Samedi 3 octobre, l'alerte était orange dans le Sud-Est. Pourquoi pas rouge ? Météo France reconnaît son impuissance face à de tels phénomènes. "Il aurait fallu que l'on soit capable d'anticiper un petit peu l'intensification très rapide de ces précipitations. Aujourd'hui nos modèles ne donnent pas la possibilité de prévoir qu'il tombera 100 millimètres entre 20 heures et 21 heures ou entre 21 heures et 22 heures", explique Cyrille Honoré de Météo France.

Radars expérimentaux

Aura-t-on un jour les moyens technologiques d'anticiper ces phénomènes brutaux ? Des radars nouvelle génération sont testés dans le Sud et en région parisienne. La quantité de pluies en temps réel est mesurée sur un périmètre de plus en plus précis. "On passe du kilomètre à cent mètres. Ça permet de voir des choses que l'on ne voyait pas avant", explique Daniel Schertzer, chercheur à l'École nationale des ponts et chaussées.

Ces radars expérimentaux vont se déployer sur tout le territoire afin d'affiner les prévisions de ces phénomènes extrêmes pour mieux les anticiper.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'étendue des inondations à Biot n\'a pas empêché ce courageux cycliste de tenter de faire sa promenade dominicale.
L'étendue des inondations à Biot n'a pas empêché ce courageux cycliste de tenter de faire sa promenade dominicale. (LIONEL CIRONNEAU / AP / SIPA)