Cet article date de plus de deux ans.

Intempéries : le préfet des Alpes-Maritimes "en colère" face aux automobilistes qui ont pris la route "malgré les alertes"

"Nous avons dû faire face à des comportements qui ont mis des personnes en danger", estime le préfet.

Article rédigé par
avec France Bleu Azur - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le préfet Bernard Gonzalez (photo d'illustration, le 23 novembre 2018 à Angers) (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Malgré la vigilance rouge, malgré les alertes, vous avez des gens qui ont pris la route quand même", dit lundi 25 novembre matin le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez, au micro de France Bleu Azur après les intempéries qui ont fait quatre morts au cours du weekend.

"Cela me met en colère parce que nous avons fait beaucoup, avec les maires, pour anticiper les risques. Mais nous avons dû faire face à des comportements qui ont mis des personnes en danger", estime le préfet.

Les évacués ont "perdu du temps" mais "sont en vie"

Parmi les victimes, un couple de septuagénaires originaires de Grasse, dans les Alpes-Maritimes, est mort en se rendant en voiture à Tanneron pour déjeuner avec leur fils. 

"Collectivement, nous devons progresser", assure Bernard Gonzalez : "Quand vous évacuez un centre commercial comme Cap 3000 [à Saint-Laurent-du-Var] où vous avez 6 000 personnes, vous avez des gens qui trouvent que la circulation n'est pas fluide. Je dirais aujourd'hui à ces automobilistes qu'ils ont perdu du temps, mais qu'ils sont en vie".

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.