Cet article date de plus de deux ans.

Relogement, eau, déchets, téléphone : pas de répit à Carcassonne pour la cellule de crise ouverte après les inondations

Pas de pause ce week-end à la communauté d'agglomération de Carcassonne. La cellule de crise reste ouverte aux besoins les plus urgents des communes et des habitants sinistrés par les intempéries. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le village de Trèbes, près de Carcassonne, ici le 16 octobre 2018, a particulièrement souffert des inondations.  (BOYER CLAUDE / MAXPPP)

Une trentaine des 82 communes de la communauté d’agglomération de Carcassonne ont été touchées par les inondations meurtières du 15 octobre. Quelque 5 000 personnes n’ont plus de domicile et des tonnes de déchets jonchent encore les rues. Pour venir en aide aux sinistrés, la cellule de crise reste active ce week-end afin de répondre aux urgences.

Une solidarité active nuit et jour 

Le rideau de fer est tiré. Pourtant au deuxième étage de Carcassonne Agglo, une quinzaine d’agents enchaînent les réunions. "Il n’est pas question d’arrêter notre action de solidarité vis à vis des communes et des sinistrés", lance le président de la communauté d’agglomération, Régis Banquet, également maire d’Alzonne. Il n’a pas eu à sonner le branle-bas de combat. "On a des équipes qui ont travaillé jour et nuit. Je n’ai pas eu besoin de demander à des équipes de travailler ce week-end end. Spontanément, elles se sont portées volontaires", indique l'élu. Il faut dire qu’il y a de quoi faire.

Des devis en série pour l'assainissement

Si toutes les communes sont de nouveau raccordées aux réseaux de distribution, le traitement des eaux usées s’annonce problématique. De nombreuses installations sont à reconstruire. Roland Combettes, vice-président à l'agglomération de Carcassonne, en charge du dossier, explique que le volet financier des dégâts s'alourdit. "Entre 70 et 80 millions d’euros", prévient l'élu.

On est à peu près à 63 millions d’euros de travaux pour l’eau usée et l’assainissement, plus sept ou huit millions au niveau de l’eau potable.

Roland Combettes, à la communauté d'agglomération de Carcassonne

à franceinfo

"C’est énorme, ajoute l'élu. Habituellement, on peut financer cinq millions d’euros par an d’investissements."     

Des liaisons téléphoniques impossibles

Certaines communes sont aussi encore coupées du monde, comme Aragon, à une quinzaine de km au nord de Carcassonne. Le téléphone ne passe plus. "Le moyen le plus simple pour le maire, c’est de monter à un kilomètre sur une colline pour avoir des échanges avec nous", explique Jean-François Arnaud-Vincent au cabinet du président de l'agglomération. Il est en contact avec les opérateurs et tente de trouver des solutions, en envoyant des équipes sur place avec des bornes 4G.

Un appel à l'aide publique

Avec 6 000 voitures devenues des épaves, 120 000 tonnes de déchets dispersées un peu partout, Carcassonne Agglo doit faire face à une crise sans précédent. "Au total, je pense que ça se chiffrera en plusieurs millions d’euros", prévoit son président. Selon Régis Banquet, seul l’État peut aider les collectivités locales de l’Aude à s’en sortir. "Les preuves d’amour, ce sont souvent des actes. On sait très bien que l’État nous aime mais s’il le prouvait en faisant des actes, on l’aimerait encore plus", poursuit-il. C’est le message qu’il passera lundi au président de la République, lors de sa visite aux sinistrés.

La cellule de crise active à Carcassonne Agglo - un reportage de Benjamin Mathieu
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.