Cyclone Cook en Nouvelle-Calédonie : "Avec des vents à 200 km/h, on ne peut pas tenir debout"

Le cyclone Cook balaye lundi la Nouvelle-Calédonie. Selon le météorologue Alix Roumagnac, il s'agit d'un épisode "d'une intensité exceptionnelle", même si l'archipel est habitué à ce type d'intempéries. 

Le cyclone Cook a commencé a balayer la Nouvelle-Calédonie lundi 10 avril.
Le cyclone Cook a commencé a balayer la Nouvelle-Calédonie lundi 10 avril. (CAPTURE ECRAN LA 1ERE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'alerte de niveau 2 est déclenchée en Nouvelle-Calédonie alors que le cyclone Cook a commencé à balayer les côtes de l'archipel lundi 10 avril. Il s'agit de l'alerte maximale car "ce cyclone est d'intensité exceptionnelle. Cela fait quelques années que l'on n'avait pas vu ça" pour la Nouvelle-Calédonie, a expliqué lundi sur franceinfo Alix Roumagnac, directeur de Predict Services, filiale de Météo France.

"L'œil est actuellement au nord-ouest de Nouméa avec des vents de 150 à 200 km/h, et des effets de surcote marine, a indiqué Alix Roumagnac, décrivant ce phénéomène d'élévation temporaire et locale du niveau de la mer. Des houles de 10 mètres sont annoncées, avec des risques de submersion marine. L'archipel sera traversé de part en part par le cyclone."

Vent et pluie au moins jusqu'à mardi soir

À quoi faut-il s'attendre dans les prochaines heures ? "On annonce jusqu'à 300 mm de pluie jusqu'à la nuit de mardi à mercredi, selon le météorologue. Ce cyclone va quitter progressivement la Grande Terre et le vent va continuer à souffler sur Nouméa jusqu'à la nuit de mardi à mercredi, le cyclone va s'évacuer par le sud-est."

"Les habitants de Nouvelle-Calédonie sont habitués à ce type d'intempéries et respectent habituellement bien les consignes de sécurité", a estimé Alix Roumagnac Il recommande aux habitants de rester chez eux et de se préparer avant. "Le cyclone avait été prévu, mais pendant qu'il est là, il est impossible d'intervenir, a-t-il rappelé. Avec des vents à 200 km/h, on ne peut pas tenir debout. On a beaucoup de toits en tôles, le vent peut les emporter, il y a donc un danger avec des objets projetés à grande vitesse."

Cyclone Cook en Nouvelle-Calédonie : "Avec des vents à 200 km/h, on ne peut pas tenir debout", selon le météorologue Alix Roumagnac
--'--
--'--

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.