Paris : le réchauffement climatique fait augmenter le risque de crues centennales de 40%, selon une étude

Selon un rapport de la mairie de Paris, le réchauffement climatique augmente fortement le risque de crues centennales et décennales de la Seine, mais aussi le nombre de jours de canicule que subira la capitale française.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Seine en crue à Paris, le 10 février 2021. (MAXPPP)

Le réchauffement climatique subi par Paris, où la température a déjà augmenté de 2,3°C par rapport à l'ère préindustrielle, fait augmenter de 20% le risque de crues décennales et de 40% celui de crues centennales de la Seine, estime la mairie dans un rapport présenté mercredi 22 septembre.

Dans les années à venir, "le volume de précipitations devrait légèrement augmenter et le nombre de jours de pluie plutôt baisser, avec une tendance à l'augmentation de l'intensité des précipitations et donc des risques d'inondation plus importants", résume la mairie dans la synthèse du rapport Paris face aux changements climatiques. Un épisode de crue majeure en région parisienne "serait susceptible de détruire ou perturber certaines infrastructures vulnérables" et menacerait la qualité des eaux, "avec un risque de pollution pour 1,3 million d'abonnés", comme le réseau d'assainissement, avec 20% des stations d'épuration situées en zone inondable.

A l'horizon de la deuxième moitié du XXIe siècle, la Seine pourrait pourtant voir son débit diminuer de 10 à 30%, a prévenu Célia Blauel, adjointe en charge du fleuve et de la résilience, lors d'un point presse. Conséquence de l'augmentation des températures, le nombre de jours caniculaires pourrait passer de 13 en 2010 à 34 en 2085, toujours selon la même source.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crue centennale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.