Chine : stupeur à Zhengzhou après les intempéries, le bilan passe à au moins 33 morts

La métropole du centre du pays a subi mardi un orage dévastateur. L'équivalent d'une année de pluie est tombé en trois jours. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vue aérienne d'une opération de pompage à Zhengzhou (Chine), dans la province de Henan, le 21 juillet 2022. (MA XIAORAN / XINHUA / AFP)

Coupures d'eau et d'électricité, routes barrées et habitants incrédules qui constatent les dégâts... Zhengzhou tente de reprendre jeudi 22 juillet le dessus après les inondations qui ont fait au moins 33 morts dans cette grande ville du centre de la Chine. La métropole de 10 millions d'habitants a subi mardi un orage dévastateur qui a englouti jusqu'à une ligne de métro et laissé en surface d'impressionnants amas d'automobiles. L'équivalent d'une année de pluie est tombé en trois jours. 

376 000 personnes évacuées

La cité, située à environ 700 km au sud de Pékin, reste envahie par les eaux dans certains quartiers, alors qu'agents d'entretien, pompiers et dépanneurs s'affairent à déblayer les dégâts. Sous une faible pluie, les habitants tentaient ce matin de sortir de chez eux pour se ravitailler ou se rendre au travail. A la sortie d'un tunnel du centre-ville, beaucoup restent stupéfaits devant l'entassement de dizaines de véhicules emportés par les flots.

Face à l'ampleur de la catastrophe, le président Xi Jinping a appelé mercredi à la mobilisation après ces inondations "extrêmement graves". Le pays reste sous le choc des images de la ligne cinq du métro, envahi par une crue soudaine, avec des passagers qui gardent la tête hors de l'eau debout sur des sièges, alors que l'air se raréfie. Le gouvernement a débloqué une aide d'urgence de 100 millions de yuans (13 millions d'euros) en faveur du Henan, la province très peuplée dont Zhengzhou est la capitale et 376 000 personnes ont été évacuées, selon les autorités.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.