Philippines : les ONG s'organisent et appellent aux dons

Malgré les difficultés d'accès aux zones sinistrées, de premiers avions de secours ont décollé vers les Philippines. L'enjeu est notamment d'éviter la propagation d'épidémies.

Un homme charge un avion en produits humanitaires, destinés aux survivants du typhon Haiyan aux Philippines, le 10 novembre 2013, à l\'aéroport de Francfort (Allemagne).
Un homme charge un avion en produits humanitaires, destinés aux survivants du typhon Haiyan aux Philippines, le 10 novembre 2013, à l'aéroport de Francfort (Allemagne). (FREDRIK VON ERICHSEN / DPA)

Mobilisées depuis 48 heures, les ONG appellent les Français à les soutenir pour pouvoir agir auprès des victimes du typhon Haiyan, qui a fait plus de 10 000 morts aux Philippines et se dirige vers le Vietnam. En attendant les dons, elles tentent de s'organiser pour atteindre des zones difficilement accessibles. 

ALAIN DE CHALVRON et SYLVAIN GIAUME - FRANCE 2

Quelles priorités ?

L'enjeu est "d'éviter que des épidémies se propagent par des contaminations d'eau et de mauvaises conditions d'hygiène", indique Bruno David, d'Action contre la faim, où une cellule de crise s'est réunie, dimanche. Mais, dans un premier temps, "l'idée est d'évaluer les besoins", explique Hugo Tiffou, responsable du pôle Asie à Médecins du Monde. "On ne connaît pas encore l'ampleur du désastre" mais les difficultés d'accès et de communication "vont clairement ralentir l'évaluation des besoins et le déploiement de l'aide humanitaire".

Comment s'organiser ?

"Les routes sont coupées, les télécommunications ne passent plus", déplore-t-on chez Action contre la faim, qui compte déjà "une centaine de personnes sur place, elles-mêmes affectées par la crise". Malgré tout, les secours se déploient déjà. ACF a affrété un avion avec "des kits permettant aux gens de rendre leur eau potable et de maintenir un niveau d'hygiène suffisant et des biscuits énergétiques".

Médecins sans frontières a également envoyé des équipes sur place, ainsi que deux avions cargos qui "transporteront du matériel médical et logistique (notamment des tentes, des kits d'hygiène, du matériel nécessaire pour prendre en charge les blessés et effectuer des cliniques mobiles ainsi que des vaccins tétanos primordiaux dans ce type d'urgence)". L'Unicef aussi a fait partir 60 tonnes de matériel de secours.

Comment aider ?

"Affréter des avions coûte cher et on a vraiment besoin d'un soutien massif", souligne Bruno David, d'Action contre la faim, résumant l'opinion générale. La Fondation de France ainsi que de nombreuses ONG et associations (la Croix-Rouge française, Médecins du monde, Action contre la faim, le Secours populaire français, l'Unicef...) ont lancé des appels aux dons, espérant que les Français se mobilisent.

Face à l'ampleur de la catastrophe, plusieurs pays et organisations internationales ont proposé leur secours, des États-Unis à l'Australie, en passant par l'Union européenne et l'ONU. Le pape a recommandé des prières mais aussi "une aide concrète". Le maire de Paris a annoncé qu'il demanderait au Conseil de Paris, qui se réunit mardi, "de voter une aide financière exceptionnelle d'un montant de 100 000 euros au profit de l'organisation non gouvernementale Action contre la faim".