Cet article date de plus de trois ans.

Au moins quatre morts à Saint-Martin, des villes dévastées... Quels sont les dégâts après le passage de l'ouragan Irma ?

Les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, de Barbuda et de Porto Rico ont subi le passage dévastateur de l'ouragan Irma, mercredi 6 septembre. Quel est l'ampleur du sinistre ? Franceinfo fait le point.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Une photo des dégâts provoqués à l'hôtel Mercure à Marigot, à Saint-Martin, le 6 septembre 2017. (LIONEL CHAMOISEAU / AFP)

Météo France avait, avant son passage, annoncé un ouragan "potentiellement destructeur". Irma, "d'une intensité sans précédent sur l'Atlantique", a frappé de plein fouet les îles de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy et de Barbuda, et dans une moindre mesure Porto Rico, mercredi 6 septembre.

>> Suivez l'évolution de l'ouragan Irma dans notre direct

"Nous aurons à déplorer des victimes", a prévenu le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, mercredi dans la soirée. Le bilan sera "dur et cruel", a-t-il alerté, annonçant des dégâts déjà "considérables" sur les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Pour l'instant, le bilan provisoire fait état de quatre morts à Saint-Martin, trois personnes décédées à Porto Rico et un mort à Barbuda. Franceinfo vous explique ce que l'on sait des conséquences de l'ouragan Irma dans les Antilles. 

Au moins quatre morts et une cinquantaine de blessés

Le bilan de la catastrophe est encore imprécis. Après avoir évoqué huit morts à Saint-Martin, les autorités françaises ont fait preuve de plus de prudence jeudi, lors d'un point presse du Premier ministre. Edouard Philippe a annoncé qu'au moins "quatre personnes décédées ont été retrouvées" sur l'île. Il n'y a pour l'instant aucun mort à Saint-Barthélemy. Par ailleurs, au moins cinquante personnes ont été blessées sur les deux îles. Ce bilan, provisoire, risque toutefois de s'alourdir. De nombreuses personnes sans nouvelles de leurs proches s'inquiètent, comme le rapporte ce reportage de Guadeloupe 1ère.

D'innombrables destructions ont touché Saint-Martin. Selon Gérard Collomb, "l'ensemble des équipements publics a été détruit". Hôpital, préfecture, caserne des pompiers... "Tous les bâtiments ont été touchés", a ajouté la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, jeudi matin. "L'hôpital a vu sa toiture s'envoler et donc les malades se sont réfugiés au premier étage et au sous-sol", s'est alarmé Gérard Collomb sur franceinfo. Selon Edouard Philippe, 95% des habitations sont touchées et 65% sont "inhabitables". Interrogé par Radio Caraïbes International, le président du conseil territorial de Saint-Martin, Daniel Gibbs, a quant à lui affirmé que "95% de l'île de Saint-Martin est détruite".

Les dégâts sont également "énormes" du côté néerlandais de l'île de Saint-Martin. Des dommages tels que "nous n'arrivons pas encore à les mesurer", a reconnu le ministre néerlandais de l'Intérieur, Ronald Plasterk. L'île est coupée du monde, a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte : "Hélas, il n'est pas possible d'atteindre l'île actuellement en raison des dégâts énormes causés à l'aéroport et au port."

Irma : des dégâts majeurs à Saint-Martin

"On avait l'impression que tout avait été soufflé par une bombe atomique", a raconté sur franceinfo Dany Magen-Verge, habitante de Saint-Martin. "C'est simple, tout ce qui n'avait pas un minimum de solidité n'existe plus. Ça a été soufflé" rapporte Steeve Prudent, journaliste à Guadeloupe 1ère, actuellement à Saint-Martin. "C'est véritablement une scène apocalyptique. Le port est un cimetière à bateaux, un véritable enchevêtrement de mâts, de coques, de moteurs de bateaux, comme si une bombe avait été lâchée sur le port."

C'est un paysage de guerre. On a le sentiment que l'île a été totalement bombardée, avec des arbres soufflés avec la force des rafales.

Steeve Prudent

franceinfo

"A cela, s'ajoutent des scènes de pillage et de guérilla dans les rues. Des jeunes dévalisent les magasins sous le regard désabusé de la police", ajoute Maeva Myriam Ponet, envoyée spéciale de Guadeloupe 1ère. Des pillages confirmés sur franceinfo par le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Seule nouvelle positive pour l'île, l'opérateur historique Orange a annoncé un rétablissement complet du réseau mobile sur Saint-Martin.

C'est un cauchemar.

Maeva Myriam Ponet

Guadeloupe 1ère

L'île de Saint-Barthélemy "a été rasée", selon un habitant

Aucun mort n'a été recensé pour l'instant sur l'île, selon le Premier ministre Edouard Philippe, mais l'impact du passage de l'ouragan semble également considérable à Saint-Barthélemy. Un résident de l'île, qui a diffusé plusieurs photos des dégâts sur Facebook, assure que "l'île a été rasée". Ses images montrent des bateaux en pleine rue, des voitures éventrées, voire retournées, des routes devenues impraticables et de nombreux arbres déchiquetés. 

"A Grand-Champ, où j'habite, il y a beaucoup de dégâts, explique à franceinfo Claudie. De ma fenêtre, je vois des toitures arrachées, des arbres au sol, des poteaux électriques par terre. Mais je n'ai pas entendu parler de blessés. On a été très touchés, mais moins que nos voisins de Saint-Martin."

On se relèvera. La solidarité se met déjà en place.

Claudie, habitante de Saint-Barthélémy

franceinfo

"Les accès sont difficiles, tout est hors service", a précisé Kevin Barrallon, un résident de Saint-Barthélemy contacté par Guadeloupe 1ère. Comme à Saint-Martin, "l'électricité ne fonctionne plus", et "il n'y a pas d'eau courante non plus". Selon le patron d'EDF, Jean-Bernard Lévy, qui évoque sur Europe 1 des dégâts "considérables", il faudra "des semaines et des mois" avant un retour à la normale de l'électricité sur les deux îles. Au niveau du réseau mobile, l'opérateur Orange a annoncé un retour progressif à la normale sur l'île.

La situation est grave, elle est précaire et elle va nécessiter beaucoup de travail pendant un temps malheureusement assez long.

Jean-Bernard Lévy, PDG d'EDF

Europe 1

La petite île de Barbuda "totalement dévastée"

Cette île des Caraïbes, qui compte environ 1 600 habitants et qui vit de l'économie du tourisme, "n'est plus qu'un tas de décombres", a annoncé mercredi le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda, Gaston Browne, à la télévision publique. Barbuda a été "totalement dévastée" par l'ouragan, a-t-il rapporté.

C'est un carnage total. C'est sans hésiter l'une des expériences les plus douloureuses de ma vie.

Gaston Browne

CNN

"Pour l'instant, nous n'avons qu'un mort qui a été recensé", a poursuivi le Premier ministre, se disant "surpris qu'on n'ait pas davantage de morts". Interrogé par CNN (lien en anglais), Gaston Browne a confié n'avoir "jamais vu une telle destruction""95% des propriétés à Barbuda sont endommagées", et "environ 20, 30% des propriétés sont totalement démolies", a-t-il précisé.

Des habitations ravagées par le passage de l'ouragan Irma, mercredi 6 septembre 2017 à St John's (Antigua-et-Barbuda).  (JOHNNY JNO-BAPTISTE / SIPA)

L'île est désormais quasiment coupée du monde, selon le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda. Les services de télécommunications ne fonctionnent plus, et l'aéroport de l'île ne peut, pour l'instant, plus accueillir de vols. 

A Porto Rico, plus de la moitié des habitants sans électricité

L'ouragan Irma a également frôlé le nord du territoire américain de Porto Rico, mercredi dans la soirée. Des vents soufflant à 295 km/h et de fortes précipitations ont provoqué des coupures de courant sur l'île. Trois personnes ont été tuées par le passage de l'ouragan, a annoncé le gouverneur du territoire américain des Caraïbes. Plus de la moitié de la population se retrouve toujours sans électricité jeudi. 

Des habitants ramassent des débris à Fajardo, à Porto Rico, le 6 septembre 2017.  (ALVIN BAEZ / AFP)

Des rivières sont également sorties de leur lit dans le centre et le nord de Porto Rico, qui compte plus de trois millions d'habitants. "On aurait dit qu'il y avait des fantômes chez moi", a témoigné Blanca Santiago, employée dans un hôtel en face de la plage d'Isla Verde, dans la capitale San Juan. Selon cette habitante, l'ouragan Irma est plus fort que Georges, qui avait causé la mort de sept personnes en 1998. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.