VIDEO. "J'espère voir des requins" : un Français va traverser l'océan Pacifique... à la nage !

Benoît Lecomte, 51 ans, est parti du Japon pour relier les Etats-Unis. Son objectif : attirer l'attention sur l'état de l'océan et la pollution.

Voir la vidéo

Top départ ! Mardi 5 juin, le Français Benoît Lecomte, 51 ans, est parti de la région de Tokyo pour rejoindre San Francisco... à la nage. Une folle aventure qui vise à alerter la population sur la pollution de l'océan. Avec 8 heures de nage intensive par jour, le Français espère boucler son périple en 6 à 8 mois. Franceinfo l'a interrogé juste avant son départ.

Le programme du nageur est déjà bien rodé. "Je nage avec une combinaison, des palmes, un tuba et puis je suis guidé par un bateau, explique Benoît Lecomte à franceinfo. Toutes les 20 à 30 minutes, je me réapprovisionne avec des liquides. Une fois que j'ai fini, je retourne sur le bateau et là, je mange. Il faut que je prenne à peu près 8 000 calories par jour. Et puis le lendemain, quand je me réveille, c'est gros repas avant de retourner dans l'eau. Le bateau me ramène là où je suis sorti de l'eau la veille."

Des recherches pour la Nasa

Benoît Lecomte est le seul dans l'eau, mais il est suivi de près par une équipe de huit personnes. Parmi eux, des cameramen qui retransmettront sa performance en direct, mais aussi des chercheurs. Son équipe prélèvera des échantillons de plastique avec l'ambition de constituer la plus vaste base de données sur ces particules. Elle fixera également de petites balises sur les gros débris afin d'en suivre la trajectoire.

"J'espère que nous allons voir des requins, dit-il, parce ce sont des poissons très importants pour l'ecosystème." Et d'ajouter : "Il faudra être vigilant. J'utilise des systèmes qui créent des champs magnétiques ou des pulsations électriques pour  les tenir à une certaine distance." Ce ne sera pas le seul équipement de Benoît Lecomte, qui portera en outre à la cheville un capteur destiné à repérer les traces de césium radioactif issu de la catastrophe de Fukushima.

L'aventurier du grand large bénéficiera du système de suivi cardiaque des astronautes de la Nasa afin de déterminer si l'activité physique intense provoque des lésions au cœur. Rendez-vous en 2019 pour obtenir les résultats.

Benoît Lecomte, au Japon, le 3 juin 2018, avant son périple dans le Pacifique.
Benoît Lecomte, au Japon, le 3 juin 2018, avant son périple dans le Pacifique. (MARTIN BUREAU / AFP)