VIDEO. Climat : l'année 2020 parmi les plus chaudes malgré le phénomène "La Niña"

L'année 2020 se rapproche un peu plus du record de 2016. "Cela montre la vitesse du changement climatique global", remarque Robert Vautard, climatologue au CNRS.

Novembre 2020 a été le mois de novembre le plus chaud jamais enregistré dans le monde. C'est ce qu'a montré le service européen Copernicus, lundi 7 décembre. Dans le détail, la période de douze mois allant de décembre 2019 à novembre 2020 se situe à 1,28 °C au-dessus des températures de l'ère préindustrielle, explique Copernicus dans son bilan climatique mensuel.

L'année 2020 se rapproche un peu plus du record de 2016, alors que le phénomène océanique "La Niña" était censé apporter une certaine fraîcheur, sinon tempérer les pics de températures. Comme l'explique Réunion La 1ère, "La Niña" "fait baisser les températures et influe sur la pluviométrie des pays où elle s'installe. Si les pluies classiques diminuent, les précipitations torrentielles augmentent. Elle provoque également des vagues de froid en hiver dans les pays tempérés".

"Il est encore un tout petit peu tôt pour conclure que 2020 sera une année record en termes de températures globales. Mais elle sera dans les trois premières, c'est parfaitement clair, observe auprès de franceinfo Robert Vautard, climatologue au CNRS. Aujourd'hui, la probabilité que 2020 soit un record global est assez élevée."

"Cela montre la vitesse du changement climatique global"

"C'est la première fois que l'on se retrouve dans une situation 'La Niña' avec une année qui risque d'être un record de chaleur", souligne le spécialiste du climat. Pour le moment, les records ont été battus en 1998 lors d'une année 'El Niño', en 2016 lors d'une année 'El Niño' fort", détaille-t-il. "Pour l'année "La Niña", cela serait vraiment une première si on battait un record de température globale, cela montre la vitesse du changement climatique global", ajoute ce membre du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (LSCE).

La planète gagne en moyenne 0,2 °C par décennie depuis la fin des années 1970, selon Copernicus, et le réchauffement atteint déjà environ 1,2 °C. Est-il encore possible de freiner le réchauffement climatique ? "La neutralité carbone, au milieu du siècle, permettrait de rester à un réchauffement climatique d'environ 2 degrés", remarque Robert Vautard. Le pacte conclu à Paris en 2015 par près de 200 Etats, qui se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, vise à contenir le réchauffement nettement sous les +2 °C, si possible à +1,5 °C.

La neutralité carbone, estime Robert Vautard, "c'est probablement ce que l'on peut faire de mieux aujourd'hui en termes de stabilisation du climat, mais on ne pourra pas faire redescendre ces températures à courte échéance".

Un plan d\'eau à sec, dans la Loire, à cause d\'un manque de pluie, le 15 septembre 2020.
Un plan d'eau à sec, dans la Loire, à cause d'un manque de pluie, le 15 septembre 2020. (VERONIQUE POPINET / HANS LUCAS / AFP)