VIDEO. À Istanbul, on recharge sa carte de métro en recyclant ses bouteilles en plastique

Une façon de concilier écologie et pouvoir d'achat dans un pays où la gestion des déchets est loin d'être optimale.

BRUT
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Voici une initiative qui inspirera peut-être d'autres capitales. À Istanbul, en Turquie, il est désormais possible de payer ses titres de transport grâce au recyclage de canettes et de bouteilles en plastique. Un moyen pour les habitants de la ville de concilier écologie et pouvoir d'achat. "Bien sûr, il y a des gens sensés qui vont l'utiliser", témoigne une usagère. "Mais il y a encore beaucoup de gens qui les jettent n'importe où, même dans la rue." Recycler une bouteille rapporte 3 centimes de livre turque de crédit. Un trajet coûte 2,6 livres. Il faut donc 86 bouteilles en plastique pour qu'il soit recyclé.

11 % des déchets recyclés

Ces machines sont installées dans trois stations de métro d'Istanbul mais la mairie espère en installer d'autres prochainement. "Notre objectif est d'atteindre un taux de recyclage de 35 % d'ici cinq ans", explique Oya Guzel, membre de la fondation Copüne Sahip Cik. "Ce n’est pas beaucoup mais nous sommes convaincus que nous pouvons faire des progrès dans ce laps de temps." Pour l'instant, seulement 11 % des 31 millions de tonnes de déchets produits en Turquie sont recyclés chaque année. Cette mauvaise gestion des déchets a placé le pays à la 114ème place sur 178 dans l'Index de performance environnementale créé par les universités de Yale et Columbia. À titre comparatif, la France a recyclé 41,7 % de ses déchets en 2016.

VIDEO. À Istanbul, on recharge sa carte de métro en recyclant ses bouteilles en plastique
VIDEO. À Istanbul, on recharge sa carte de métro en recyclant ses bouteilles en plastique (BRUT)