Tempête Gloria : On a connu pire, disent les habitants d'Argelès-sur-Mer, mais rarement aussi longtemps

La tempête Gloria continue de faire des dégâts dans les Pyrénées-orientales. Les principales rivières sont désormais en vigilance orange crue inondation.

La tempête Gloria donne des allures de torrent à la Massane à Argelès-sur-Mer, le 22 janvier 2020.
La tempête Gloria donne des allures de torrent à la Massane à Argelès-sur-Mer, le 22 janvier 2020. (RAYMOND ROIG / AFP)

Mercredi 22 janvier après-midi, 1 200 foyers d'Argelès-sur-Mer, au sud de Perpignan, étaient toujours privés de courant. À 9 heures du matin, ils étaient 23 000 en raison de l'inondation d'un poste électrique RTE, dû à la tempête Gloria.  

>> Suivez notre direct sur la progression de la tempête Gloria.

Menacés par la montée des eaux, les Argelésiens sont venus sur le bord de la rivière. Michel scrute le niveau du principal cours d'eau, la Massane : "Il manque peu. Ca va déborder. C'est mauvais. Il ne manque pas grand-chose", prédit-il. Au pied de la passerelle, Antoine, Esteban et leur grand-mère, Lydie, découvrent la puissance du fleuve. "La rivière, elle va très très très vite", note l'un des garçons, très impressionné. Lydie de son côté commente avec une certaine appréhension : "C'est impressionnant. On a déjà connu tout le quartier après le pont qui a été inondé plusieurs fois." 

Le maire de plus en plus inquiet

Par précaution, le maire a fait évacuer la crèche mercredi matin et le collège est resté fermé. La montagne n'est pas loin, juste derrière, ce qui préoccupe le maire d'Argelès-sur-mer, Antoine Parra : "La fonte des neiges plus l'eau de pluie qui tombe, les sols qui sont gorgés d'eau… Tout cela est en train de monter très vite. L'eau a du mal à s'évacuer. Ça monte, ça monte et ça inquiète, ça inquiète, ça inquiète !"  

Car la houle est toujours très forte, empêchant l'écoulement des eaux. Reine est venue admirer les vagues dans le quartier du Racou : "C'est vrai qu'avec les vagues, c'est impressionnant. Mais j'ai vu des vagues beaucoup plus hautes". On a connu pire, disent les habitants mais rarement aussi longtemps et surtout en plein hiver.

D'autres communes ont procédé à des évacuations

La préfecture des Pyrénées-Orientales a indiqué dans un communiqué que la rivière l’Agly, qui traverse les départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales, a atteint sa cote d’alerte de 6 m 68, soit le niveau au-delà duquel débute une inondation. Une évacuation, dans un périmètre de 300 mètres de part et d’autre des digues, a été enclenchée dans les communes de Claira, Torreilles, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Le Barcarès, Pia et Rivesaltes.