Réchauffement planétaire : la circulation des courants dans l'Atlantique Nord est à son plus faible niveau depuis 1 600 ans

Ce phénomène "pourrait perturber les conditions météorologiques depuis les États-Unis et l'Europe jusqu'au Sahel et provoquer une hausse plus rapide du niveau des mers sur la côte est des États-Unis", selon des chercheurs.

La circulation des courants océaniques dans l\'Atlantique est à son plus faible niveau en 1 600 ans, selon des études parues dans la revue Nature le 11 avril 2018.
La circulation des courants océaniques dans l'Atlantique est à son plus faible niveau en 1 600 ans, selon des études parues dans la revue Nature le 11 avril 2018. (GOOGLE MAPS)

La circulation des courants océaniques dans l'Atlantique Nord est à son plus faible niveau depuis 1 600 ans, en partie à cause du changement climatique, mettent en garde deux études parues dans la revue Nature, mercredi 11 avril. Ces travaux valident l'hypothèse d'un affaiblissement de la circulation de ces courants, connus sous l'acronyme Amoc (circulation méridienne de retournement de l'Atlantique).

Cette circulation permanente des eaux marines consiste en une remontée des eaux chaudes des zones tropicales de l'Atlantique vers le nord grâce au Gulf Stream, réchauffant au passage l'Europe de l'Ouest. Une fois dans l'Atlantique Nord, ces eaux refroidissent, deviennent plus denses et plus lourdes et coulent sous des eaux plus chaudes pour repartir vers le sud.

"Cela pourrait provoquer une hausse plus rapide du niveau des mers"

Ces courants marins transportent aussi d'une zone à l'autre des nutriments, de l'oxygène, des larves de coraux ou encore de poissons. Ils contribuent également à la capacité des océans à absorber et à stocker du dioxyde de carbone (CO2), principal responsable du réchauffement climatique.

"Si le système continue de faiblir, cela pourrait perturber les conditions météorologiques depuis les États-Unis et l'Europe jusqu'au Sahel et provoquer une hausse plus rapide du niveau des mers sur la côte est des États-Unis", avertit la Woods Hole Oceanographic Institution, qui a participé aux recherches.

Un phénomène "très certainement lié à des facteurs humains"

Cet affaiblissement des courants serait le fruit de la fonte des glaciers et de plateformes glaciaires, qui libèrent de l'eau douce, moins dense que l'eau salée, dans l'Atlantique Nord. "L'eau douce affaiblit l'Amoc car elle empêche les eaux de devenir assez denses pour couler", explique à l'AFP David Thornalley, de l'University College London, coauteur d'une des études.

Dans la première étude, David Thornalley et son équipe ont étudié les grains de sable déposés par les courants sur les fonds marins au fil du temps. Plus les grains de sable retrouvés dans les sédiments étaient gros, plus forts devaient être les courants qui les avaient transportés. Les résultats révèlent que l'Amoc a été relativement stable entre l'an 400 et 1850 et a commencé à s'affaiblir au début de l'ère industrielle.

La seconde étude s'est penchée sur les températures de la surface de l'océan et en déduit que l'Amoc a décliné d'environ 15% au cours des cinquante dernières années, probablement à cause du changement climatique dû aux activités humaines. S'il est difficile de connaître avec certitude le rôle joué par le réchauffement climatique, "le fait que l'Amoc soit resté faible et se soit affaibli au cours du XXe siècle, avec un déclin notable à partir de 1950 environ, est très certainement lié à des facteurs humains", estime David Thornalley.