Plan solaire : "On attend les applications, là on est dans des mesures très générales"

Le président du syndicat des professionnels de l'énergie solaire, invité jeudi de franceinfo, attend des mesures concrètes, après la présentation du plan solaire par le gouvernement.

Le président du syndicat des professionnels de l\'énergie solaire attend des mesures concrètes, après la présentation du plan solaire par le gouvernement.
Le président du syndicat des professionnels de l'énergie solaire attend des mesures concrètes, après la présentation du plan solaire par le gouvernement. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le gouvernement lance jeudi 28 juin un plan solaire pour porter le taux d'énergies renouvelables à 32% en 2030. "On attend toujours les applications, là on est dans des mesures très générales", estime sur franceinfo Daniel Bour, président d'Enerplan, le syndicat des professionnels de l'énergie solaire. Baptisé "Place au soleil", ce plan se compose d'une série de mesures destinées à augmenter la part de l'énergie solaire dans la production totale. Le gouvernement envisage notamment d'augmenter dès 2019 la prime à l'achat d'un chauffage ou d'un chauffe-eau solaire.

"En tant que professionnels, ce qui nous importe, c'est la réalité des mesures concrètes." Ce plan comprend, selon Daniel Bour, "des mesures politiques, très générales et beaucoup de mesures plus techniques", qui sont, à ses yeux, "les plus importantes". Le Code de l'urbanisme "va être marginalement modifié."

Pas de problèmes de stockage de l'énergie

"Jusqu'à 10% de la production française d'électricité, on n'a pas besoin de stockage en France. Donc, le stockage, c'est une étape après et on a la capacité de répondre présent dans les dix ans", explique Daniel Bour. "Il y a des programmes de recherches énormes qui se font dans beaucoup de pays."

On peut s'attendre à ce que le stockage, que ce soit sous forme de batterie ou d'hydrogène, fasse des progrès énormes dans les dix prochaines années.Daniel Bourà franceinfo

Pour les particuliers, "c'est aussi un choix psychologique. Il faut accepter d'avoir ça sur sa toiture. C'est un investissement de long terme, c'est au moins 20 vingt ans, donc il faut être prêt à le faire. C'est tout à fait rentable", estime Daniel Bour. L'important est "de passer par des installateurs de qualité."