L'année 2019 s'annonce comme l'une des plus chaudes jamais répertoriées, selon l'ONU

De janvier à mai, l'année 2019 se classe à ce stade comme la troisième année la plus chaude jamais enregistrée. 

Un Indien marche à travers des bateaux, le lac du sanctuaire de Nal Sarovar (Inde) étant totalement à sec, le 4 juin 2019. 
Un Indien marche à travers des bateaux, le lac du sanctuaire de Nal Sarovar (Inde) étant totalement à sec, le 4 juin 2019.  (SAM PANTHAKY / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'année 2019 devrait être l'une des plus chaudes jamais enregistrées dans le monde, et la période quinquennale 2015-2019 est en passe de battre tous les records de chaleur depuis les premiers relevés scientifiques à la fin du XIXe siècle, a déclaré l'Organisation météorologique mondiale (OMM), vendredi 28 juin.

"Nous ne sommes qu'à la fin juin, et il semble que la Terre est en passe de connaître les cinq années les plus chaudes jamais répertoriées, de 2015 à 2019 compris", a déclaré Clare Nullis, porte-parole de cet organisme de l'ONU, lors d'un point de presse à Genève (Suisse).

De janvier à mai, 2019 se classe pour l'instant comme la troisième année la plus chaude jamais enregistrée. L'année 2016, marquée par le phénomène El Niño dans l'océan Pacifique, reste l'année où les températures ont été les plus élevées.

Des vagues de chaleur "plus intenses, plus extrêmes"

Il est encore trop tôt pour attribuer avec certitude au changement climatique l'origine de la canicule qui frappe l'Europe, mais cette vague de chaleur "correspond parfaitement" aux phénomènes extrêmes liés à l'impact des émissions des gaz à effet de serre, a ajouté l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

"Les vagues de chaleur vont devenir plus intenses, plus longues, plus extrêmes, elles commenceront plus tôt et finiront plus tard", a prévenu Clare Nullis vendredi. En France, quatre départements –  les Bouches-du-Rhône, le Gard, l'Hérault et le Vaucluse – sont maintenus en vigilance rouge vendredi, une situation inédite pour l'Hexagone.