Infographie Météo : un prévisionniste décrypte la vague de chaleur remarquable qui s'abat sur l'Hexagone

L'ouest de la France hexagonale connaît une vague de chaleur notable pour la saison, avec des records mensuels battus en Bretagne. Explications avec Tristan Amm, prévisionniste à Météo France.

Article rédigé par
propos recueillis par - Thomas Baïetto
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Un coucher de soleil à Deauville (Calvados), le 6 septembre 2021. (LOIC VENANCE / AFP)

Lundi 6 septembre, il a fait plus chaud en Bretagne que sur la Côte d'Azur. Une curiosité météorologique que l'on doit à la vague de chaleur qui s'est abattue en ce début de semaine sur la façade atlantique. Ce coup de chaud doit se poursuivre, mardi 7 septembre, avant que les orages ne viennent refroidir l'atmosphère en soirée et les jours suivants.

Pour analyser et contextualiser ce phénomène remarquable, franceinfo a interrogé Tristan Amm, prévisionniste à Météo France.

Franceinfo : Quelle est l'ampleur de cette vague de chaleur ?

Tristan Amm : Cette vague de chaleur est très remarquable. Elle est principalement due à un flux de sud assez puissant, qui apporte de l'air chaud du Maghreb, et à une dépression située sur l'Atlantique. Des records pour un mois de septembre ont été battus en Bretagne et cela pourrait recommencer ce mardi. La chaleur va stagner aujourd'hui et peut-être s'intensifier, avec des maximales qui vont dépasser les 30°C.

Dans le Morbihan, l'île de Groix, une station ouverte en 1921, a battu son record mensuel avec 31,1°C (+0,1°C par rapport au record de 1929), tout comme Saint-Ségal (Finistère, +0,5°C, à 31,1°C), ouverte en 1985. Biscarrosse (Landes) a égalé son record, avec 36,5°C. C'est une vague de chaleur d'une forte intensité, mais qui, comparée à 2020, est un cran en dessous. Autour de la mi-septembre, nous avions eu un épisode de fortes chaleurs, avec des maximales autour des 35°C (34,7°C à Lille, 35,6°C à Bourges).

Ces vagues de chaleur observées ces dernières années en septembre sont-elles exceptionnelles ? 

Ces fortes chaleurs en septembre ne sont pas forcément une nouveauté. Par le passé, dans l'après-guerre, nous avons déjà observé des anomalies supérieures à 3°C. Mais, depuis le début des années 2000, nous observons moins l'habituelle alternance des mois de septembre chauds et froids. Nous avons des mois de septembre chauds qui s'enchaînent et moins de mois froids.

Quel lien peut-on faire avec le réchauffement climatique ? Pour la vague de chaleur de septembre 2020, une étude menée par Météo France avait conclu que le réchauffement avait rendu cet événement "12 fois plus probable" et 1,5°C plus chaud que dans un climat non modifié par l'homme.

Il est toujours difficile de faire un lien direct sans étude d'attribution. Ce que l'on peut dire, c'est que sous l'influence d'un climat qui se réchauffe, ce genre de vagues de chaleur pourraient être beaucoup plus fréquentes, plus intenses et également plus tardives. C'est-à-dire pas forcément au début du mois de septembre, mais parfois plus tard.

Quelle sera l'évolution dans les prochains jours ?

Des orages arrivent, avec une première salve mardi soir, par la façade atlantique. Le Val de Loire et la Bretagne seront concernés. Il faudra davantage surveiller la situation demain : les orages vont s'enfoncer et traverser le pays d'ouest en est, en apportant leur lot de pluie et de grêle. Ce front orageux va progresser vers l'est et nous concerner pour la semaine.

Mercredi, nous aurons de fortes précipitations vers le Languedoc. Les modèles nous montrent un possible épisode méditerranéen. C'est encore un peu tôt pour le dire, ce type d'événement est très difficile à prévoir, mais il y aura de fortes pluies à surveiller entre mercredi et jeudi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.