Éruption aux Canaries : ce volcan "ne dort que d'un œil" et la coulée de lave "devrait durer entre 1 et 3 mois", estime un volcanologue

Alors que le volcan espagnol Cumbre Vieja était endormi depuis une cinquantaine d'années, son éruption démarrée dimanche risque de durer plusieurs mois.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le volcan Cumbre Vieja de l'île espagnole de La Palma, dans l'archipel des Canaries, est entré en éruption dimanche 19 septembre, pour la première fois depuis cinquante ans.  (ACFIPRESS / NURPHOTO)

"Ce volcan est actif depuis des milliers d'années. Il ne dort que d'un œil", a expliqué lundi 20 septembre sur franceinfo Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue et professeur à l’université Paris-Saclay, après l'éruption du volcan Cumbre Vieja aux Canaries. "Les coulées avancent de 700 mètres par heure, les gens peuvent se sauver heureusement, mais les laves détruisent tout sur leur passage, les cultures, les routes, les maisons et les forêts", a-t-il ajouté. "Il doit y avoir beaucoup de lave en réserve", et cette coulée de lave "devrait durer entre un et trois mois".

franceinfo : Pourquoi ce volcan est-il entré en éruption maintenant aux Canaries, alors que la dernière éruption avait eu lieu il y a 50 ans ?

Jacques-Marie Bardintzeff : Ce volcan est actif depuis des milliers d'années. Il ne dort que d'un œil. C'est vrai que cinquante ans ça semble très long. Ce sont deux générations humaines. Mais pour le volcan, c’est une nuit de sommeil. Pendant ces cinquante ans, le magma était en profondeur. Puis, il a commencé à bouger. Depuis 2017, il y a eu des séismes qui montraient que le magma bougeait en profondeur, à moins 30 km, puis à moins 20 km, et depuis une semaine, le magma était à moins 12 km de la surface. En moins d'une semaine, il est monté de 12 km pour percer à la surface.

Une fois que la lave arrive en surface, à quelle vitesse avance-t-elle et à quelle température ?

1 000 degrés, c’est la température moyenne. Mes collègues canariens ont mesuré 1 075 degrés. C'est assez chaud. Plus c'est chaud, plus c'est fluide. Les coulées avancent de 700 mètres par heure, les gens peuvent se sauver heureusement, mais les laves détruisent tout sur leur passage, les cultures, les routes, les maisons et les forêts. Pour un volcan, c’est une petite éruption de niveau 2 sur une échelle de 8. Par rapport à des éruptions comme la montagne Pelée, le Krakatoa ou Pompéi, ça reste modeste.

Faudra-t-il surveiller ce volcan pendant encore longtemps ?

Mes collègues canariens sont sur le qui-vive depuis déjà plusieurs semaines. Les éruptions précédentes ont duré entre trois semaines et deux mois, on part sur ce modèle même si ça peut s'arrêter du jour au lendemain. Il doit y avoir beaucoup de lave en réserve, ça devrait durer entre un et trois mois. D'autres fractures vont s'ouvrir, la lave va atteindre la mer, les coulées vont s'épaissir, vont s'élargir et d'autres villages malheureusement seront exposées. Il y a déjà 5 000 évacués et au sens large 30 000 personnes seraient concernées. Il n'y a pas victimes humaines, mais de gros dégâts matériels.

Combien de volcans entrent en éruption comme ça chaque année dans le monde ?

Sur les continents, il y a 50 éruptions par an et c'est très stable. Ce qui veut dire que la terre est en bonne santé. Elle chauffe, elle bouge. C'est normal. Pour nous, c'est une catastrophe, mais pour la Terre, c'est un battement de cœur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.