Environnement : Oxfam dénonce dans un rapport la pollution des plus riches

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Environnement : Oxfam dénonce dans un rapport la pollution des plus riches
Article rédigé par
Jean-Christophe Batteria - France 3
France Télévisions

Les travaux de l'Assemblée générale des Nations unies pour le climat débutent lundi 21 septembre à New-York, aux Etats-Unis. A cette occasion, Oxfam publie un rapport qui dénonce la pollution des populations les plus riches. 

A New-York, aux Etats-Unis, les travaux de l'Assemblée générale des Nations unies pour le climat ont débuté lundi 21 septembre. L'organisme Oxfam a d'ailleurs publié un rapport qui met en cause la pollution des plus riches. Jean-Christophe Batteria était en plateau pour analyser les principales conclusions de l'enquête. Selon celle-ci, plus on est riche, plus on consomme. L'écart entre les riches et les pauvres en matière d'impact environnemental est impressionnant, note le journaliste. En effet, 1% des plus riches sont responsables de 15 % des émissions de CO2. Si on élargit aux 10 % des plus riches, le taux passe à 50 % des émissions de CO2. 

Les émissions carbone ont augmenté de 60 % 

Qui sont les 1% les plus riches ? Il s'agit de ceux qui ont plus 8 000 euros de revenus mensuels. Les 10 % les plus riches, eux, gagnent au moins 3 000 euros par mois. Selon les calculs d'Oxfam, ceux qui gagnent 8 000 euros de revenus par mois émettent jusqu'à 50,7 tonnes de CO2 par an. Les revenus moyens sur Terre, à hauteur de 150 euros par mois, en émettent 3,9 tonnes par an. Cela remet en question l'idée reçue selon laquelle les classes moyennes d'Inde et de Chine seraient responsables de ces émissions. Pour opérer ces calculs, Oxfam a aussi tenu compte des importations. Plus on achète des produits fabriqués loin de chez soi, et plus on aggrave sa facture carbone. Au total, en 25 ans, les émissions carbone ont augmenté de plus de 60 %. Selon Oxfam, les plus riches seraient responsables d'un tiers de cette augmentation. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.