Environnement : emmenés par Greta Thunberg, un millier de jeunes défilent à Paris contre le réchauffement climatique

L'adolescente suédoise, qui a lancé le mouvement des grèves scolaires pour le climat, était à Paris vendredi 22 février.

L\'activiste suédoise Greta Thunberg, le 22 février à Paris.
L'activiste suédoise Greta Thunberg, le 22 février à Paris. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS)

"Réchauffez les cœurs, pas la planète." Plus nombreux que la semaine dernière, environ un millier de jeunes ont défilé, vendredi 22 février, à Paris pour le climat, derrière l'adolescente suédoise Greta Thunberg devenue l'égérie de la lutte contre le réchauffement climatique. "Dans vingt ou trente ans, on va tout se prendre dans la gueule, lance à l'AFP Bérénice, lycéenne parisienne de 17 ans. On est venus parce qu'il y en a marre que le gouvernement ne fasse pas assez contre le dérèglement climatique".

Encadrés par les forces de l'ordre, les jeunes manifestants sont partis de la place de l'Opéra, portant des pancartes "le futur commence ici", "Sauve la Terre, mange un lobbyiste", "Water is coming" et scandant les slogans "on est plus chaud que le climat" ou "rejoignez-nous, ne nous regardez pas". Quelques personnalités comme l'actrice Juliette Binoche, l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot ou la maire de Paris, Anne Hidalgo, se sont joints à eux.

Une grève mondiale prévue le 15 mars

"J'ai déjà fait une marche pour le climat avec mon père, mais c'est la première fois que je viens seule. J'ai vu des discours de Greta Thunberg et elle a raison, c'est notre avenir qui est en jeu", insiste de son côté Adèle, 15 ans. "J'ai l'impression que certains jeunes ne se sentent pas concernés, mais le mouvement grandit", ajoute-t-elle, portant une pancarte "Des poissons, pas du plastique !"

Depuis le début de sa grève hebdomadaire de l'école l'été dernier, Greta Thunberg, devenue la coqueluche des médias et des militants pour le climat, a inspiré bien d'autres élèves à travers le monde. Comme elle, qui s'installe tous les vendredis devant le Parlement de Stockholm pour réclamer plus d'actions du gouvernement contre le réchauffement, des milliers de jeunes ont manifesté en Allemagne, en Australie ou au Royaume-Uni. Ainsi qu'en Belgique, où 7 500 jeunes étaient à nouveau dans la rue jeudi, pour la 7e semaine consécutive, cette fois en présence de Greta.

Mais le mouvement est plus timide en France. La semaine dernière pour la première mobilisation, ils étaient environ 200 lycéens et étudiants à bloquer la circulation devant le ministère de la Transition écologique. "Il y a eu d'autres mouvements sociaux très présents" en France, avec la mobilisation des "gilets jaunes", tente d'expliquer vendredi Romaric Thurel, 22 ans, coordinateur de Youth for climate France. "Je pense que, dès vendredi prochain, on pourra avoir une vraie belle manifestation pour le climat". Mais les jeunes Français visent surtout le 15 mars, date à laquelle Greta Thunberg appelle à une "grève mondiale pour le futur".