COP21 : les premières dissensions

En direct du Bourget, Julien Gasparutto fait le point sur les premiers points de désaccord entre les pays.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les discussions ont repris mardi 1er décembre au Bourget (Seine-Saint-Denis) où se tient la COP21. "Durant cette première semaine, ce sont les négociateurs techniques de chaque pays qui ont la main", explique Julien Gasparutto, en direct du Bourget. Des négociateurs qui se sont déjà rencontrés à plusieurs reprises cette année. "Ils ont pour mission d'élaborer un texte qui servira de base à un accord", précise le journaliste de France 3. Le texte sera ensuite transmis aux ministres qui négocieront la semaine prochaine et auront jusqu'à la fin du sommet pour tomber d'accord. Mais rien n'est moins sûr.

Un jour de plus pour trouver un accord ?

"Les premières fractures se font sentir, notamment entre les pays du Sud et les pays du Nord", explique Julien Gasparutto. Ainsi, la Chine renvoie les pays du Nord à leurs responsabilités de premiers pollueurs. Il leur reviendrait donc de financer la transition énergétique des pays les plus pauvres. "L'Inde, quant à elle, a fait savoir qu'il était hors de question pour elle d'abandonner les énergies fossiles", poursuit-il. "La COP21 pourrait être prolongée d'une journée pour parvenir à cet accord", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les drapeaux de plus de 150 pays à l\'entrée du Bourget, où se tient la COP21, le 30 novembre 2015.
Les drapeaux de plus de 150 pays à l'entrée du Bourget, où se tient la COP21, le 30 novembre 2015. (FRANCOIS MORI / AP / SIPA)