Condamnation de la France par le Conseil d'Etat : cela doit permettre "d'améliorer la qualité de l'air dans nos territoires", réagit le maire de Grenoble

Pour aider la ville de Grenoble à améliorer la qualité de l'air, l'Etat "peut nous accompagner par la règlementation, affirme Eric Piolle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Éric Piolle, le maire EELV de Grenoble. (JADE PEYCHIERAS / FRANCE-BLEU DRÔME-ARDÈCHE)

"Cette condamnation, j'espère, va permettre de mobiliser cet argent non pas pour payer une amende mais pour améliorer la qualité de l'air un peu partout dans nos territoires qui se battent pour donner un air de bonne qualité à nos concitoyens.", a réagi, vendredi 10 juillet sur franceinfo, Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble, alors que le Conseil d'Etat somme la France d'agir sur la pollution de l'air, sous peine d’une astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard.

C'est une très bonne nouvelle car ça fait plus de dix ans que la France est inactive ou quasiment inactive au niveau du gouvernement.

Eric Piolle, maire écologiste de Grenoble

à franceinfo

"Toutes ces dernières années, on a parlé d'une justice au service des multinationales. C'est le débat qu'on a eu lors du CETA (Accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne)", qui permet à des "multinationales d'attaquer les Etats si elles considèrent qu'il y a une atteinte à leur liberté d'entreprendre, leur capacité à faire des profits privés". "Là on se retrouve avec une justice qui est au service de l'intérêt général, estime Eric Piolle. C'est intéressant car c'est déjà ce qu'on a vu dans le diesel. Cette justice climatique me semble beaucoup plus intéressante que d'avoir une justice qui permette aux multinationales d'attaquer l'Etat pour faire tomber le bien commun", a expliqué le maire de Grenoble.

Le climat, "une crise latente"

Pour aider la ville de Grenoble à améliorer la qualité de l'air, l'Etat "peut nous accompagner par la règlementation, affirme Eric Piolle. Nous avons lancé une prime pour changer les chauffages au bois qui constituent en hiver une pollution aux particules fines". Concernant l'ozone, c'est à cause "des voitures quasi exclusivement, il faut de la règlementation. On a obtenu en septembre dernier une voie de covoiturage qui va démarrer dans quelques mois sur l'autoroute ce sera une première en France. On a aussi besoin d'accompagnement pour changer nos flottes de véhicules. On a besoin de règlementation pour faire de la vidéo-verbalisation des zones à faible émission", a réclamé Eric Piolle. "Nous avons besoin d'un accompagnement financier", a-t-il exhorté.

Le gouvernement forcé et contraint par la justice peut nous aider, ce qui compte c'est le résultat.

Eric Piolle, maire de Grenoble

à franceinfo

Nous venons de dépenser "plusieurs dizaines de milliards dans le chômage partiel et c'est une bonne mesure qui a été prise par le gouvernement, poursuit Eric Piolle. Pour le climat, il faut cette même mobilisation, car le climat c'est une crise latente qui provoque des inégalités sociales, parce que cette pollution de l'air touche d'abord les plus fragiles, c'est éminemment social et environnemental, que l'Etat nous permette de mener des actions qui ont du sens pour nous toutes et tous", a conclu le maire écologiste de Grenoble.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.