Climat : les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux records en 2020, alerte l'ONU

"Au rythme où augmentent les concentrations de gaz à effet de serre, l'élévation des températures à la fin du siècle sera bien supérieure aux objectifs de l'accord de Paris", a averti le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une alerte pollution à Lyon (Rhône), le 13 août 2021. (NICOLAS LIPONNE / HANS LUCAS / AFP)

Un triste record. Les concentrations de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux jamais atteints en 2020, et ce malgré la crise sanitaire, a alerté l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence de l'ONU, lundi 25 octobre, dans son dernier bulletin. Une alerte qui tombe à six jours du début de la COP26 à Glasgow (Ecosse).

Le ralentissement de l'économie imposé par la pandémie de Covid-19 "n'a pas eu d'incidence perceptible", explique l'OMM. Pire, le taux d'augmentation annuel des concentrations de dioxyde de carbone (CO2), de méthane (CH4) et de protoxyde d'azote (N2O) a même dépassé en une année la moyenne de la période 2011-2020.

"Il n'y a pas de temps à perdre"

"Au rythme où augmentent les concentrations de gaz à effet de serre, l'élévation des températures à la fin du siècle sera bien supérieure aux objectifs de l'accord de Paris, soit 1,5 à 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels. Nous sommes très loin du but", a averti le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas.

"Beaucoup de pays se fixent maintenant des objectifs de neutralité carbone et on espère voir une majoration spectaculaire des engagements à la COP26."

Petteri Taalas, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale

cité par l'AFP

"Nous devons repenser l'industrie, le secteur énergétique et les transports, et tout notre mode de vie. Les transformations nécessaires sont économiquement abordables et techniquement faisables. Il n'y a pas de temps à perdre", a-t-il ajouté.

Selon la dernière évaluation de l'ONU, les engagements de réduction des émissions actuelles de gaz à effet de serre de près de 200 pays conduiraient à un réchauffement "catastrophique" de 2,7 °C, bien loin de l'objectif de l'accord de Paris.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.