Climat : la fonte du glacier d'Aletsch révèle ses secrets enfouis

Publié
Climat : la fonte du glacier d'Aletsch révèle ses secrets enfouis
Article rédigé par
J.-C. Batteria, I. Pernet-Duparc S. Worreth, S. Ripaud - France 3
France Télévisions

Le réchauffement climatique et l'accélération de la fonte des glaciers ont parfois des conséquences surprenantes. Reportage en Suisse, sur les traces des secrets du glacier d'Aletsch.

Le glacier d'Aletsch, situé en Suisse, est le plus grand des Alpes. Un fleuve gelé, long de 23 km de long. Ce géant, qui prend sa source à 4 000 m d'altitude, souffre durement du réchauffement climatique, et fond à une vitesse jamais observé. Il a reculé de près d'un kilomètre en 30 ans. La roche de son lit est même à nue par endroits. "Il y a dix ans, il y avait encore 15 mètres de glace, il y avait vraiment les deux glaciers qui ne faisaient qu'un seul. Et puis aujourd'hui, en 2022, le début de l'été c'était encore couvert de glace, et fin de l'été, on voit la moraine qui commence à sortir. C'est triste, mais c'est historique", explique Félicien Rey-Ballet, directeur de Glacier 3000.

Des secrets engloutis

En fondant, les glaces libèrent des secrets engloutis, parfois depuis des décennies. Au cœur de l'été, un guide est tombé sur des débris d'avion. Il s'agissait d'un Piper monomoteur, écrasé sur le glacier le 30 juin 1968. À bord se trouvaient un professeur de Zurich (Suisse) ainsi qu'un médecin et son fils. L'épave de l'avion était restée sur place, et l'enquête n'avait jamais formellement déterminé les causes du drame. Les débris ont été redescendus dans la vallée.

Parfois, le glacier libère également des corps, comme celui d'un alpiniste allemand de 27 ans, mystérieusement disparu depuis 1990. "Depuis dix ans, nous avons une moyenne de deux corps qui nous est rendue par les glaciers chaque année, et uniquement en 2022, nous avons retrouvé trois corps", rapporte Steeve Léger, de la police cantonale du Valais (Suisse)


Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.