Australie : la fécondation in vitro utilisée pour repeupler la Grande barrière de corail

Pour restaurer la Grande barrière de corail, des chercheurs australiens ont eu l'idée de recourir à la fécondation in vitro. Grâce à cette technique, plus de 60 coraux ont déjà repeuplé le célèbre récif corallien.

France Info

La Grande barrière de corail est menacée depuis 30 ans par le réchauffement climatique et le tourisme de masse. Mais des chercheurs australiens pourraient bien avoir trouvé la solution pour restaurer et repeupler le récif avant sa disparition, grâce à la fécondation in vitro. Cette technique consiste à capturer les œufs et le sperme des coraux lors de la reproduction du récif, entre octobre et décembre, afin d'élever des millions de larves dans des piscines spécialement conçues. Elles seront ensuite relâchées sur les récifs dégradés. 

Plus de 60 coraux ont repeuplé le récif


Les résultats sont déjà visibles. "Nous venons de nous rendre sur le lagon de Heron Island où nous avons mis des larves sur certaines parties du récif en 2016. Et nous avons trouvé beaucoup de gros coraux qui se sont développés depuis. Cela prouve que la technique de restauration à base de larves fonctionne exactement comme nous l'avions prédit", se félicite Peter Harrison, professeur à l'université Southern Cross. Plus de 60 coraux ont déjà repeuplé le récif. 

La grande barrière de corail, en Australie, fait partie des sites naturels mis en danger par le réchauffement climatique.
La grande barrière de corail, en Australie, fait partie des sites naturels mis en danger par le réchauffement climatique. (MARCEL MOCHET / AFP)