Cet article date de plus de deux ans.

"Aujourd'hui, on est proche d'un climat d'Anjou" : dans le Morbihan, des vignerons profitent du réchauffement climatique pour se lancer

La vigne fait son grand retour en Bretagne, avec la mise sur pied d’une filière de vins naturels. 

Article rédigé par Etienne Monin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des vignes en Bretagne. Photo d'illustration. (DAVID CORMIER / MAXPPP)

À 47 ans, Olivier Blond est maraîcher. Mais il a déjà eu plusieurs vies. "Avant, j'étais gérant d'une boîte de bâtiment dans le Nord, à Lille", se souvient-il. Aujourd'hui, il est élève au lycée agricole de Kerplouz sur la commune d'Auray, dans le Morbihan, afin de suivre une formation en viticulture. Ce brevet professionnel est tout nouveau : lancé à l'automne dernier, il est suivi par huit adultes, coordonnées par Aurélien Berthou.

>> Réchauffement climatique : la vigne fait son retour en Bretagne

"Voilà mon bureau extérieur", sourit l'ingénieur agronome et œnologue. Son "bureau", c'est un grand champ légèrement en pente dans lequel il vient tout juste de planter deux cépages. "J'ai choisi de partir sur des cépages blancs, pour faire du vin blanc, explique-t-il, soit sec et tranquille, soit vin effervescent avec bulles."

10 000 pieds sur deux hectares

L'endroit, 10 000 pieds sur deux hectares, symbolise le retour de la vigne en Bretagne. Elle avait disparue après la Seconde Guerre mondiale, et revient depuis maintenant deux ans, lentement mais sûrement. "Aujourd'hui il y a eu très peu de bouteilles qui sont sorties des vignes professionnelles qui ont été plantées, explique Olivier Blond, ça va être cette année." Au total, 20 vignerons sont présents sur les quatre départements de la Bretagne administrative, et sont en train de se fédérer. "C'est une aventure assez excitante", reconnaît Aurélien Berthou.

Ce qui permet aujourd'hui aux Bretons de se lancer dans cette aventure, c'est un verrou réglementaire européen qui a sauté il y a six ans, et c'est surtout le changement climatique. "J'ai eu la chance d'avoir des données climatiques depuis les années 2000 à Kerplouz, à Auray, raconte Aurélien Berthou. Et on voit bien une augmentation des températures qui est nette. Aujourd'hui, on serait proche d'un climat d'Anjou à peu près, ou nantais."

Les vins de cette filière bretonne seront sans produits chimiques. D'ici deux ans, on devrait compter 200 hectares de vignes pour une cinquantaine de nouveaux vignerons. 

Du vin produit dans le Morbihan : reportage d'Etienne Monin
Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.