Algérie : au moins 34 personnes sont mortes dans de violents incendies en pleine canicule

Ces feux, attisés par des vents très forts, ont atteint des zones d'habitations, provocant l'évacuation de 1 500 personnes, selon le ministère.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une voiture carbonisée après un incendie à Toudja, en Algérie, le 24 juillet 2023. (FACEBOOK PAGE OF RADIO SOUMMAM BEJAIA / AFP)

Le bilan des incendies qui ravagent le nord et l'est de l'Algérie a été revu à la hausse. Selon un dernier décompte publié lundi 24 juillet dans la soirée, au moins 34 personnes, dont dix militaires, ont péri dans les feux survenus dans la nuit de dimanche à lundi et toujours en cours. Un précédent bilan faisait état de 15 morts et 26 blessés. 

Au total, le pays a enregistré 97 départs de feu dans 16 wilayas (préfectures), touchant plus particulièrement Béjaïa, Bouira et Jijel. Toujours selon le ministère de l'Intérieur, 1 500 personnes ont été évacuées car les flammes menaçaient des habitations. Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a adressé ses condoléances aux familles en évoquant des "victimes civiles" mais aussi "militaires".

L'Algérie fait face à une canicule intense dans une partie de ces régions, avec des pics de température à 48°C attendus. Avec le réchauffement climatique causé par les activités humaines, les canicules sont plus fréquentes et intenses, et contribuent à assécher la végétation, rendue ainsi plus vulnérable aux départs de feu.

Un dispositif renforcé pour éviter les drames de 2021 et 2022

Si la plupart des feux ont été maîtrisés, des "opérations d'extinction se poursuivent dans six wilayas : Boumerdes, Bouira, Tizi Ouzou, Bejaïa, Jijel et Skikda", selon le ministère. Au total, 7 500 agents et 350 camions ont été déployés pour lutter contre les feux qui ont ravagé des forêts, des maquis et des champs, selon le ministère.

Chaque été, le nord et l'est de l'Algérie sont touchés par des feux de forêt, maquis et récoltes, un phénomène qui s'accentue d'année en année. Ainsi, en août 2022, de gigantesques incendies avaient fait 37 morts dans la région d'El Tarf, dans le nord-est. L'été 2021 avait été le plus meurtrier depuis des décennies : plus de 90 personnes avaient péri dans des feux ayant dévasté le nord, en particulier la Kabylie.

Pour éviter que ce scénario se répète, le président Tebboune a ordonné, fin avril, l'acquisition de six avions bombardiers d'eau de taille moyenne. Les autorités ont également procédé à l'aménagement d'aires d'atterrissage d'hélicoptère dans 10 wilayas et mobilisé des drones de fabrication locale pour la surveillance et la prévention des incendies.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.