VIDEO. "Les urgences ne sont pas débordées en raison de la canicule", assure la ministre de la Santé, qui rejette l'idée d'une prime

Agnès Buzyn était l'invitée de France Inter mercredi. 

FRANCE INTER

Il n'y aura pas de "prime canicule", assure Agnès Buzyn sur France Inter mercredi 24 juillet. La ministre de la Santé a estimé que "les urgences aujourd'hui ne sont pas débordées en raison de la canicule", alors que le syndicat FO des services publics a demandé une prime pour les agents des hôpitaux. "Ça n'est pas le sujet", a-t-elle jugé, précisant que "lors du précédent épisode de canicule, en juin, le nombre de passages aux urgences liées à la canicule représentait à peu près 3% des passages".

Une prime de risque instaurée cet été 

La ministre a estimé que la France n'est plus dans la situation de 2003, où les hôpitaux avaient été débordés de patients souffrant de la canicule, notamment des personnes âgées. "Aujourd'hui, ces choses-là sont bien prévenues dans les établissements pour personnes âgées, les communes recontactent les personnes âgées isolées."

Agnès Buzyn a affirmé qu'en revanche que tous le personnel qui travaille aux urgences "a, depuis le mois de juillet, une prime de risque de 100 euros net par mois, pour prendre en compte les risques et les incivilités auxquels ils sont soumis au quotidien". 

Agnès Buzyn était l\'invitée de France Inter mercredi 24 juillet. 
Agnès Buzyn était l'invitée de France Inter mercredi 24 juillet.  (FRANCE INTER)