Strasbourg : des différences de chaleur liées à l'urbanisme

Dans les villes, l'urbanisation accentue la hausse des températures. Le béton retient la chaleur et empêche la fraîcheur de tomber la nuit. À Strasbourg (Bas-Rhin), les différences de chaleur se font même ressentir en pleine ville.

FRANCE 2

À Strasbourg (Bas-Rhin), dans les rues quasi désertes, les terrasses sont boudées par les clients. Avec la canicule, les habitants ont fui la ville. Même les quartiers touristiques semblaient bien vides lundi 24 juin. La chaleur, étouffante, varie cependant d'une rue à l'autre. Les équipes de France 2 ont effectué des relevés sur différentes places emblématiques du centre-ville. La place Kléber affichait dans l'après-midi 34°C. À moins d'un kilomètre de là, place de la République, la température était de 32°C, soit 2°C de moins à la même heure.

Des ilots de fraicheur et de chaleur

Ces différences sont ce que l'on appelle des ilots de chaleur et de fraîcheur. "À Strasbourg, ça va être principalement le centre-ville et puis le quartier du Neuhoff. Au contraire, un territoire comme la Robertsau, à proximité d'une forêt urbaine, va apparaître comme beaucoup plus frais", explique Lucas Mertz, chef de projet de l'agence d'urbanisme de Strasbourg. L'enjeu est de taille pour les villes. Il faut repenser l'aménagement des centres-villes pour les rendre respirables pour les générations futures, malgré le réchauffement climatique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des enfants se rafraîchissent sous des jets d\'eau, pendant un été de fortes chaleurs, le 1er août 2013 à Strasbourg (Bas-Rhin).
Des enfants se rafraîchissent sous des jets d'eau, pendant un été de fortes chaleurs, le 1er août 2013 à Strasbourg (Bas-Rhin). (PATRICK HERTZOG / AFP)