Canicule : pollution à l’ozone dans les grandes villes

L’épisode caniculaire devrait durer plus d’une semaine. Les températures sont étouffantes et l’air est sec dans certaines régions. La vigilance orange a été instaurée dans certaines grandes villes, comme Lyon (Rhône).  

C’est un nouvel épisode dont les Lyonnais se seraient bien passés. La pollution à l’ozone fait son retour en plein été. Sur les bords du Rhône, le gaz irrite les rares sportifs présents à la mi-journée, et leur impose de prendre des précautions. "On évite les moments de bouchons, confie l’un deux. Surtout quand on passe près des ponts. Du coup il faut courir tôt le matin ou tard le soir."  

Des professionnels de la santé sont inquiets  

Avec un indice de qualité de 73/100, l’air est jugé médiocre à Lyon. La faute aux réactions chimiques entre l’air et les rayons du soleil. La situation est critique, et inquiète les professionnels de santé. Au service pneumologie de l’hôpital de la Croix-Rousse, les patients souffrant de troubles respiratoires se multiplient. "Ils souffrent d’une augmentation de symptômes respiratoires : essoufflement, toux, crachats, explique le professeur Gilles Devouassoux. Parfois il faut transférer ces patients aux urgences."  

Le JT
Les autres sujets du JT
Un cycliste à Lyon durant la canicule d\'août 2020.
Un cycliste à Lyon durant la canicule d'août 2020. (FRANCE 3)