Canicule : en 2050, il y aura plus de 5 milliards de climatiseurs dans le monde

Tandis que la vente de climatiseurs explose avec les fortes chaleurs de cet été, cette hausse devrait s'amplifier dans les prochaines décennies. 

Des ventilateurs et climatiseurs chez un revendeur, à Bordeaux (Gironde).
Des ventilateurs et climatiseurs chez un revendeur, à Bordeaux (Gironde). (MAXPPP)

La canicule s'éloigne après les arrivées des orages mais les chaleurs étouffantes ont été au coeur du quotidien de tous les Français ces dernières semaines. Pour tenter de se rafraîchir, nombreux sont ceux qui ont décidé d'acheter des climatiseurs. Mais cette solution est très néfaste pour l'environnement.


À Montreuil en banlieue parisienne, au salon de coiffure Clémentine, la climatisation est installée depuis 21 ans. Pour Aurore, la patronne, elle est devenue indispensable. "C'était déjà là et je pense que de toute façon si cela n'avait pas été là, je l'aurais faite poser" explique-t-elle. Dehors, le thermomètre dépasse les 35 degrés en ce dernier après-midi de canicule mais à l'intérieur il fait frais. 

Je ne me pose pas la question de savoir si je fais des économies là-dessus, cela ne me vient pas à l'idée. C'est un besoinAurore, coiffeuse

En France, en 2017, 500 000 climatiseurs ont été vendus. "On a déjà 10% de la consommation électrique mondiale qui correspond à l'utilisation des climatiseurs", souligne Romain Riolletun des responsables de l'association CLER Réseau pour la transition énergétique, en se fondant sur étude de l'Agence internationale de l'énergie parue en mai 2018.

Puisque les températures augmentent et que les équipements augmentent de plus en plus, on va vendre 10 climatiseurs par seconde pour les 30 prochaines années dans le monde entier, pour arriver à plus de 5 milliards de climatiseurs en 2050.Romain Riollet

Pour Thierry Salomon, le porte-parole de Négawatt, association pour plus de sobriété énergétique, la climatisation aggrave la canicule. "La chaleur du logement est évacuée à l'extérieur. Il va falloir aussi produire de l'électricité qui, elle-même peut, si elle est faite à partir de fioul, de pétrole ou de gaz, être génératrice de beaucoup d'effet de serre", explique Thierry Salomon.

La climatisation peut aussi, par les fuites de gaz réfrigérant, participer à l'effet de serre.Thierry Salomon

L'enjeu est comme souvent politique, il faut mieux isoler les logements contre la chaleur, durcir les normes de fabrication des climatiseurs ou encore autoriser les tenues plus légères au travail. Au Japon, pays très climatisé, le gouvernement donne l'exemple. "Le gouvernement joue le jeu puisque le Premier ministre et son cabinet se réunissent sans cravate avec des chemises hawaïennes pour montrer l'exemple. Donc si Emmanuel Macron, son gouvernement et nos grandes entreprises veulent vraiment 'Make our planet great again' et lutter contre le changement climatique, on aimerait bien les voir faire le Conseil des ministres en chemise hawaïenne et sans cravate aussi", sourit Romain Riollet. 

Enfin il y a l'argument économique, car une climatisation coûte 160 euros par an sur une facture d'énergie. Mieux vaut donc miser sur le ventilateur plus économique et moins nocif à la planète. Malgré tout, en France, seules 5% des maisons sont pour l'instant équipées d'un climatiseur.