Marseille : 138 évacués peuvent rentrer chez eux après les effondrements d'immeubles de la rue de Tivoli

Près de la moitié des habitants évacués après la catastrophe de la rue de Tivoli à Marseille sont autorisés par la ville à réintégrer leurs logements dès vendredi 28 avril. Pour les autres, les vérifications pour un retour à domicile en toute sécurité sont encore en cours.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Travail des employés municipaux rue de Tivoli à Marseille après l'effondrement de deux immeubles, faisant huit victimes (NICOLAS TUCAT / AFP)

Sur les 302 personnes évacuées de leur appartement le 9 avril dernier après les effondrements d'immeubles de la rue de Tivoli, à Marseille, 138 vont pouvoir rentrer chez elles vendredi 28 avril, assure France Bleu Provence. Dans un communiqué, la ville de Marseille explique que la sécurité des bâtiments est assurée.

>>> Marseille : évacués de la rue de Tivoli, les habitants s’impatientent

Ces 138 personnes retrouvent leur logement 18 jours après le drame. Cela représente 72 foyers qui vivent dans 19 immeubles différents de la rue Abbé de l’Épée et de la rue Jaubert. Pour les autres habitants, des "investigations complémentaires se sont avérées nécessaires pour garantir un retour dans les logements en toute sécurité", précise la ville de Marseille.

Pour autoriser ces retours, "la Ville a initié et sollicité trois études distinctes, toujours en cours sur certains immeubles, afin d’analyser la sécurité bâtimentaire des immeubles un par un". La première par les architectes ingénieurs de la Ville, la seconde par un bureau d’étude externe (Axiolis) mandaté par la Ville, et la dernière par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment de l’État.

Un nouveau périmètre de sécurité a été défini, suivant le retour de ces habitants, avec la réouverture de la rue Jaubert. La rue Abbé de l’Epée ainsi que la rue de Tivoli, elles, ne seront accessibles uniquement que sur une partie, et en dépose-minute, sans possibilité de stationnement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.