Cet article date de plus d'un an.

Fusillade à Marseille : les trois hommes suspectés d'avoir tiré les coups de feu ont été mis en examen et placés en détention provisoire

Les trois personnes interpellées, âgées de 22, 24 et 25 ans, ont été présentées à un juge d'instruction et mises en examen. Elles sont par ailleurs connues pour trafic de stupéfiants, violences, infraction à la législation sur les armes.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
La ville de Marseille, dans les Bouches-du-Rhône. (GOOGLE MAP)

Les trois hommes interpellés et placés en garde à vue après des tirs à Marseille dans la nuit de mardi à mercredi 26 avril, ont été mis en examen, a appris franceinfo samedi 30 avril via un communiqué du parquet de Marseille. Ils ont été placés en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet qui a ouvert une information judiciaire ce jour.

Présentés à un juge d'instruction et mis en examen

À l'issue de leurs gardes à vue, les trois suspects, âgés de 22, 24 et 25 ans, ont été présenté à un juge d'instruction et mis en examen pour : "tentative d'homicide volontaire en bande organisée", "recel en bande organisée", "vol en bande organisée", "destruction en bande organisée du bien d'autrui par moyen dangereux pour les personnes", "détention et transport en réunion d'armes et de munitions de catégorie A et B".

Mercredi 26 avril, vers 1h30 du matin, les trois individus - dont deux sont originaires de la région parisienne - ont été arrêtés par la BRI (brigade de recherche et d'intervention), suspectés d'être les auteurs de coups de feu, deux heures plus tôt, dans les Cité des Marronniers (14e arrondissement de Marseille). Des tirs qui n'ont pas fait de victimes. Ils sont également suspectés d'avoir incendié le véhicule ayant servi aux faits. Dans la voiture, les autorités ont découvert une Kalachnikov et une de poing semi-automatique. Les trois personnes interpellées sont par ailleurs connues pour trafic de stupéfiants, violences, infraction à la législation sur les armes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.