"J'ai débranché mon téléphone fixe" : après l'échec de Bloctel, vers une nouvelle législation sur le démarchage téléphonique

Deux ans après son entrée en vigueur, la plateforme Bloctel est jugée inefficace contre le démarchage commercial par téléphone. Une proposition de loi est examinée mardi à l'Assemble nationale.

La plateforme Bloctel a été mise en service en 2016.
La plateforme Bloctel a été mise en service en 2016. (MAXPPP)

La commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale examine mardi 12 juin une proposition de loi pour encadrer les pratiques de démarchage téléphonique. Elle doit ensuite être soumise aux députés la semaine prochaine. Le texte vise à demander aux abonnés de se signaler s'ils veulent être démarchés.

Pierre Cordier, député Les Républicains des Ardennes, réfléchit aussi à la mise en place d'un "indicatif unique qui permettrait aux gens de voir que c'est une démarche commerciale". L'élu envisage également d'obliger les sociétés à prévenir qu'elles font du démarchage commercial. "Cela permettrait aux gens de ne pas être arnaqué et de ne pas tomber dans le panneau", explique Pierre Cordier.

Bloctel aggrave le problème du démarchage

Cette proposition de loi doit remplacer la plateforme Bloctel, à laquelle il faut s'inscrire pour ne pas être dérangé par le démarchage téléphonique. Sauf que Bloctel, entré en service le 1er juin 2016, n'a jamais tenu ses promesses. Deux ans après, le bilan n'est pas fameux. "Je suis appelé trois fois par semaine pour du photovoltaïque. C'est très exaspérant", confie Jacques, propriétaire d'une maison. Il a été contraint à une solution radicale : "j'ai débranché mon téléphone fixe".

Il a déposé de nombreuses plaintes, sans jamais parvenir à trouver les entreprises qui le démarchaient. "Les numéros sont pipotés. Il faut accepter le rendez-vous d'une société pour savoir qui était derrière. Vous y passez du temps avec ces bêtises et derrière, il n'y a pas de sanctions. Moi ce que je désire, c'est qu'on me fiche la paix", tranche Jacques.

Un manque flagrant de sanctions 

Un ras-le-bol partagé par de très nombreux abonnés. Réalisée fin 2016, une enquête d'UFC-Que Choisir auprès de 12 000 personnes a démontré que Bloctel était parfaitement inutile dans la lutte contre le démarchage téléphonique. "Plus de 90% de ces personnes nous avaient dit qu'elles étaient quasiment harcelées plusieurs fois par semaines, voire tous les jours", rappelle Guilhem Fenieys, qui travaille pour l'association de défense des consommateurs.

Suite à leur inscription sur Bloctel, les personnes nous disent qu'il y a une recrudescence du démarchage les semaines suivantesGuilhem Fenieysfranceinfo

UFC-Que Choisir dénonce "les sanctions trop faibles qui pèsent sur les professionnels et ne les découragent pas". Or, la proposition de loi soutenue par une soixantaine de députés et qui va être examinée lundi ne prévoit pas un arsenal répressif particulier.

Vers un nouveau système pour encadrer le démarchage téléphonique - un reportage de Sophie Auvigne
--'--
--'--