"Le réseau est très mauvais... Je capte un peu mais ça coupe souvent" : dans les communes situées en zone blanche, la 5G n'est pas la priorité

Le débat sur la 5G ne les concerne pas. Dans ces zones en France, il est très difficile de recevoir ou passer un appel depuis son téléphone portable. Une meilleure couverture 4G doit être mise en place d'ici 2022. Reportage dans l'Orne.

Article rédigé par
Farida Nouar - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Anne-Marie Guérin, maire de Saint-Mard-de-Réno, est obligée de sortir de sa mairie pour appeler avec son portable et même dehors le réseau est quasi inexistant car la commune est en zone blanche, septembre 2020. (FARIDA NOUAR / RADIO FRANCE)

Les enchères pour la 5G débutent mardi 29 septembre en France alors qu’il reste encore des zones blanches dans le pays. Des communes, des bourgs, où le réseau mobile est quasi inexistant. Recevoir ou passer un appel y est extrêmement difficile. Pour y mettre fin, l'État a passé en janvier 2018 un accord. Il s'agit d'un "new deal" avec les opérateurs de téléphonie afin de fournir d’ici 2022 une couverture 4G à toutes ces zones mal couvertes. La commune de Saint-Mard-de-Réno dans l’Orne en fait partie. Un vrai problème dans ce village de 450 habitants qui a hâte de sortir de sa zone blanche. Il y a bien la fibre pour internet mais "le réseau mobile est très mauvais", explique la maire Anne-Marie Guérin. 

Ça a toujours était comme ça, on utilise le fixe de la mairie, on ne peut pas correspondre avec nos portables.

Anne-Marie Guérin, maire de Saint-Mard-de-Réno

à franceinfo

Cette élue ne peut ni recevoir ni passer d’appels depuis son portable à ses administrés. Idem pour Cécile, sa secrétaire, qui doit sortir pour capter quelque chose. "Je suis obligée de traverser la rue, indique-t-elle. Je vais au pied du panneaux de signalisation et je reçois un petit peu, mais ça coupe souvent."

La commune attend une antenne relais

Être en zone blanche c’est aussi un frein pour le dynamisme de la commune. L’atelier près de la mairie par exemple reste vide. "Une entreprise a voulu louer mais n’a pas pu parce que le réseau ne passait pas", raconte Anne-Marie Guérin. Coupures, voix robotique... Sandrine, une habitante, aimerait pouvoir téléphoner normalement : "On reçoit fréquemment des messages mais une heure après, c’est vraiment handicapant."

On parle de la 5G mais déjà qu’on nous donne les moyens dans nos petites campagnes d’avoir la téléphonie correcte.

Anne-Marie Guérin, maire de Saint-Mard-de-Réno

Mais la commune pourrait peut-être bientôt sortir de sa zone blanche car elle est éligible à l’installation d’une antenne relais. Sauf que le projet pourrait être retardé car Anne-Marie Guérin souhaite que le pylône soit implanté dans la forêt de Réno mais la préfecture s’y oppose car le site est classé. Pour Nicolas Bouché, conseiller municipal, il y a urgence : "Le poteau serait installé au milieu et serait partiellement masqué par les arbres. Certes la forêt est classée mais il y a aussi d’autres critères extrêmement importants à prendre en considération. Ces zones blanches c’est vraiment un handicap que l’on traîne comme un boulet."

Les gens ont aussi le droit, comme partout en France dans les grandes villes, d’avoir du réseau et de la téléphonie. Je pense que c’est de l’ordre du service public.

Nicolas Bouché, conseiller municipal de Saint-Mard-de-Réno

Deux autres endroits ont été proposés à la commune pour cette antenne relais qui devrait être installée l'année prochaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.